Astuce : Inscription aux colis de noël à partir du mardi 05 novembre 9 h au samedi 23 novembre 2019

Fermer
Economie
Education
Urbanisme

1 200 élèves engagés pour l’avenir du Havre et de leur lycée

LH Positive Economy Forum – 4e Forum des lycéens
LH Positive Economy Forum - 4e Forum des lycéens : 1 200 élèves engagés pour l’avenir du Havre et de leur lycée

Tradition oblige, 1 200 lycéens de l’Institution Saint-Joseph ont ouvert la 6e édition du LH Positive Economy Forum. Clin d’œil au 500e anniversaire de la Ville, les lycéens se sont projetés vers l'avenir, imaginant Le Havre en 2517. Puis, ils se sont interrogés sur des thèmes en lien direct avec l’actualité de leur établissement et ses futurs travaux d’extension.

« Je ne sais pas si François Ier avait l’idée d’économie positive bien présente à l’esprit, mais il faut bien reconnaître que fonder une ville, c’est raisonner à très long terme. » C’est sur ces mots que Luc LEMONNIER a ouvert la 4e édition du Forum des lycéens. Des élèves invités à imaginer l’avenir de leur cité lors d'une conférence sur le thème « Architecture : Le Havre dans 500 ans ». Un hommage à l’année particulière écoulée et aux célébrations du 500e anniversaire de la Cité Océane.

Histoire et prospective, sources d’imagination

Pour guider les lycéens dans leur réflexion, Vincent Duteurtre, architecte et directeur des bâtiments de la Ville du Havre est revenu sur cinq siècles d’histoire du Havre, de sa fondation par François Ier le 8 octobre 1517 à nos jours. « Ce saut dans le passé revêt une importance primordiale pour comprendre les raisons sociétales des extensions successives de notre ville, et imaginer le présent et l’avenir. »

Boris Menguy, chef de projets développement durable à l’Agence d’Urbanisme de la Région du Havre et de l’Estuaire de la Seine (AURH), a ensuite souligné, exemples à l’appui, l’importance de la phase de prospective, notamment dans un processus décisionnel, et qu’il définit comme « l’étude de l’évolution de nos sociétés actuelles pour imaginer des trajectoires possibles en fonction de l’Histoire et des grands enjeux d’aujourd’hui et ceux prévisibles de demain. [...] Parmi les enjeux et tendances lourdes à prendre en compte, celles des migrations, du climat et du tourisme », précise-t-il. La phase de prospective amène donc à des observations et à des conclusions, pour certaines visionnaires et réalisables, pour d’autres aussi folles qu’utopiques.

Visionnaire quand il s’agit d’un projet comme Rêver, réponse à l’appel à projets urbains Réinventer la Seine, proposant de développer l’attractivité sur et autour de l’eau. Un projet qui verra le jour dans les mois et années à venir.
Visionnaire toujours à l’évocation de celui d’Antoine Grumbach sur le Grand Paris pour lequel il s’agissait d’appliquer le modèle du réseau de transport parisien le long de l’Axe Seine pour développer une métropole internationale offrant une ouverture sur la mer et les mondes, allant de Paris jusqu’au Havre. Une opportunité d’attractivité évidente pour Le Havre, mais aussi pour Paris dans un monde concurrentiel où les métropoles se mènent une lutte acharnée pour garantir ou postuler au statut de ville-monde.
Visionnaire encore, mais à une échelle temps sans doute plus lointaine, avec l’exemple du projet Sea Orbiter, mêlant vaisseau d’exploration des océans et laboratoire océanographique. Un futur proche où les hommes vivraient sur les mers du globe.

Folles ou utopiques, certaines idées de projet n’aboutiront quant à elle jamais. Faut-il pour autant les oublier ? « Elles doivent au contraire être considérées et reconnues, continuer d’être explorées pour nourrir l’imaginaire et la créativité de celles et ceux qui s’engagent pour demain », souligne Boris Menguy. C’est le cas par exemple du projet Plan Voisin (1922) défendu par Le Corbusier, alors jeune architecte. Une ville de trois millions d’habitants sur un terrain plat dégagé de toute construction et sur lequel devait grandir, entre autres, 24 gratte-ciels dédiés au logement, en plein cœur de Paris. Un projet tombé aux oubliettes après le vote de la loi Malraux de 1962 sur la protection du patrimoine historique et esthétique de la France.

La capacité du Havre à s’adapter

Plus que jamais, l’avenir était au cœur des réflexions lors de la clôture de cette conférence. Les lycéens ont cité une liste de critères, principalement architecturaux, qui permettront dans un futur plus ou moins proche de faire du Havre une ville hybride mêlant innovation et tradition. Parmi eux, la disposition en îlots du centre reconstruit, la qualité évolutive des aménagements intérieurs des constructions Perret qui pourrait redéfinir les usages de l’habitat, les toitures-terrasses qui pourraient être aménagées en jardins suspendus, améliorant encore davantage la qualité de vie de ses habitants…

S'engager pour le futur de Saint-Jo et des lycéens

Les lycéens se sont enfin impliqués directement, réfléchissant à des pistes d’amélioration pour le projet de construction de 2 000 m² de nouveaux bâtiments au cœur de l’Institution Saint-Joseph. Un nouvel espace qui comprendra un pôle sportif à toiture terrasse végétalisée et dont les aménagements intérieurs seront modulables avec notamment un système de tribunes rétractables, un restaurant, une cafétéria et une infirmerie ; tous directement reliés au bâtiment d’enseignement actuel. L’accès au collège depuis la rue de la Cavée verte sera également revalorisé.
Ce projet améliorera les conditions d’accueil des élèves dont le nombre ne cesse de croître ; 2 100 aujourd’hui contre 1 500, il y a encore quelques années.

La construction de 2 000 m² de nouveaux bâtiments soulèvent également d’autres questions comme celle des énergies renouvelables, la récupération des eaux de pluie, etc. Des questions déjà intégrées au projet mais pour lesquelles les réponses ne sont pas encore définitivement établies. C’est pourquoi les lycéens présents ont été invités à se constituer en groupe de travail pour s’associer à la suite du projet. Des conclusions qui seront chaque mois rapportées à leur directeur puis transmis aux architectes pour étude. Une démarche de co-construction qui fait écho au discours martelé par Guillaume Demeillers, directeur de l’Institution Saint-Joseph, en ouverture du 4e Forum des lycéens : « Aujourd’hui, le LH Positive Forum est une occasion formidable de choisir votre vie de demain et celle des générations futures, alors engagez-vous ! »
Travaux à suivre.

Pour aller plus loin