Solidarité

Aïcha Kane, BienVeilleuse : « C’est en aidant les autres qu’on consolide son bonheur »

Les BienVeilleurs, c'est un réseau mis en place par la Ville du Havre dans le cadre de son projet social Le Havre ensemble. Il regroupe des bénévoles qui, comme Aïcha Kane, viennent en aide aux personnes isolées et fragiles.

  • lehavre.fr : Pouvez-vous vous présenter ?

Aïcha Kane : Je m’appelle Aïssatou Kane, mais tout le monde m’appelle Aïcha. Française d’origine sénégalaise, je suis mère de quatre enfants, grand-mère de trois petits-enfants. Professionnellement, je suis conseillère en insertion professionnelle. En France, je suis militante associative depuis 1992, auprès des femmes immigrées notamment, mais j’ai commencé à m’engager pour la citoyenneté et le social au Sénégal. Là-bas, j’ai suivi mes grands frères et cousins, des militants acharnés, dans les associations de quartier. Très jeune, j’ai compris que le bonheur est lié à l’aide qu’on peut procurer à autrui.

  • lehavre.fr : Pourquoi avoir rejoint les BienVeilleurs ?

A.K. : Après des années de vie associative, j’ai fait une pause. J’ai déménagé rue Bourdaloue au Havre. Le jour où je suis arrivée, une voisine est venue me dire que, comme elle, beaucoup de gens étaient isolés dans le quartier. Elle m’a rendu un grand service sans le savoir : elle m’a remotivée pour recommencer mes activités. Une fois mes valises posées, j’ai cherché une structure pour pouvoir l’aider. Un jour, une coordinatrice de proximité de la Ville du Havre est passée et m’a présenté les actions des BienVeilleurs. Pile-poil ce que je voulais faire ! Depuis que j’ai commencé à la rentrée 2020, je fais le point régulièrement avec la coordinatrice. Je lui fais part de mes idées.

  • lehavre.fr : Concrètement, que faites-vous en tant que BienVeilleuse ?

A.K. : C’est très varié. Cela consiste à aider une personne qui ne parle pas français dans des démarches de soins, accompagner un gamin au centre d’orientation, ou discuter avec ma voisine. J’interviens vraiment selon les besoins. Un autre exemple : dernièrement une dame qui travaille comme femme de ménage m’a parlé d’une étudiante guinéenne isolée. J’ai appelé cette jeune fille et rien que de discuter avec elle, je sentais qu’elle allait mieux. Je l’ai encouragée à ne pas lâcher ses études. L’important avec les personnes en difficulté, c'est être discret et délicat.

  • lehavre.fr : Quels sont vos souhaits pour demain ?

A.K. : Quand la crise sanitaire sera finie, j’espère qu’on pourra réunir les gens. Souvent, en participant à une action collective, ils dépassent leur peur de l’autre, et montrent qui ils sont. En attendant, avec le réseau des BienVeilleurs, on poursuit les objectifs de lutte contre l’isolement et de mieux-vivre ensemble. C’est formidable, je suis optimiste !

Chacun peut contribuer au réseau les BienVeilleurs. Si vous repérez une personne isolée, vous pouvez appeler l’accueil du service À votre écoute de la Ville du Havre au 02 35 19 45 45, du lundi au vendredi de 8 h à 17 h.