Alerte : En raison de l'organisation d'une compétition de Hockey sur Glace, la séance publique de la patinoire du samedi 19 octobre 2019 de 14 heures 30 à 17 heures 30 est annulée ainsi que celle du dimanche 20 octobre 2019 de 10 heures 30 à 12 heures 30.

Astuce : Inscription aux colis de noël à partir du mardi 05 novembre 9 h au samedi 23 novembre 2019

Alerte : Réservation à "Découvrez le sport" sur Hariane.fr pour les vacances de la Toussaint à partir du mardi 8 octobre, 9 h

Fermer
Entretien
Culture

Bertrand Tavernier : "Le western, à la racine de tous les mythes de la littérature américaine."

Festival littéraire Le Goût des Autres 2017
Rencontre avec Bertrand Tavernier

Invité du Festival littéraire Le Goût des Autres 2017, Bertrand Tavernier l’est à plus d’un titre comme sa quadruple casquette de réalisateur, d’écrivain, de producteur et de directeur de collection littéraire l’y incite. Rencontre avec un amoureux de  "L’Ouest, le Vrai".

  • lehavre.fr : Vous nourrissez une vraie passion pour le western. D’où vous vient-elle ?

Bertrand Tavernier : A l’âge de 12 ans, je vois au cinéma La Charge Héroïque et Le Massacre de Fort Apache de John Ford. Je prends alors conscience qu’il y a un vrai rapport entre les deux films : la même façon de filmer, la même musique et que cela tient au fait que c’est la même personne qui les a faits. Je viens de réaliser ce qu’est un metteur en scène et quel métier je veux faire plus tard.

  • lehavre.fr : Qu’est-ce qui vous plaît dans le western ?

B. T. : Il m’a permis de comprendre une partie de l’Amérique. Même s’il n’est pas perçu comme tel, le western est un genre historique à part entière qui aborde des sujets illimités et toujours d’actualité comme le rapport à la nature à détruire ou à préserver, le rapport entre le monde sauvage et la civilisation, le rapport aux races, aux femmes.

  • lehavre.fr : Vous dirigez la collection « L’Ouest, Le Vrai » chez Acte Sud qui met en lumière les romans souvent inconnus dont sont tirés les westerns. Pourquoi avoir souhaité créer cette dernière ?

B.T. : Le western m’a ouvert l’esprit, m’a incité à lire des livres pour en savoir plus sur l’esclavage ou encore la Guerre de Sécession. Je me suis aperçu que les romans dont étaient tirés les films n’étaient jamais cités et rarement connus. En France, ils n’avaient même jamais été traduits alors qu’ils témoignent d’une réalité historique plus contrastée et beaucoup plus riche que leur adaptation cinématographique, notamment sur la possession d’armes à feu, le lynchage ou encore le rapport entre les Indiens. J’ai donc proposé aux éditions Acte Sud de les éditer pour les faire découvrir à un large public.

  • lehavre.fr : Il semble y avoir un regain d’intérêt littéraire autour du Far West. En témoigne Céline Minard que vous rencontrez samedi 21 janvier au Festival Le Goût des Autres. Comment l’expliquez-vous ?

B.T. : Le Goût des Autres va me permettre en effet de rencontrer Céline Minard que je ne connais pas mais dont j’ai bien évidemment lu le livre dès sa sortie. Le retour en grâce du western peut s’expliquer par le retour en force du thème de la nature de plus en plus vue comme un paradis perdu ou en train de se perdre.

  • lehavre.fr : Vous souhaitiez vivement rencontrer l’auteur américain Russel Banks au Festival Le Goût des Autres (dimanche 22 janvier à 14 h). Pourquoi ?

B.T. : Je suis très heureux de pouvoir à nouveau dialoguer avec Russel Banks, un écrivain que j’admire énormément. Il aborde dans ses romans des thèmes qui sont proches de ceux que l’on retrouve dans le western : le déracinement, la conquête, le machisme, la virilité destructrice dont est faite une partie du rêve américain. L’Amérique profonde de Russel Banks n’est pas si différente de celle des western : elles partagent les mêmes valeurs, les mêmes limites, les mêmes œillères. Rien d’étonnant : le western est à la racine de tous les mythes de la littérature américaine.

 

Une Histoire de Far West, rencontre avec Bertrand Tavernier et Céline Minard animé par Arnaud Viviant. Lecture de Benoît Marchand, samedi 21 janvier 2017 à 15 h au Magic Mirrors.

D’est en ouest, rencontre avec Russel Banks et Bertrand Tavernier, animée par Sylvain Bourmeau, dimanche 22 janvier 2017 à 14 h au Magic Mirrors.

Master Class France Culture avec Bertrand Tavernier, samedi 21 janvier à 17h au Gaumont

Dans le cadre du Festival littéraire Le Goût des Autres, Bertrand Tavernier est également l’invité d’une master class organisée par France Culture samedi 21 janvier 2017 à 17 h au cinéma Gaumont, avant la projection de son dernier film Voyage à travers le cinéma français. "C’est un film combatif sur le cinéma français des années 30 aux années 70, avec mon regard de metteur en scène. Les 9/10e des choses qui y sont dites ne proviennent pas des archives du cinéma mais de mon expérience et de mon vécu. J’ai plus particulièrement souhaité rendre hommage dans ce film aux compositeurs français de musique qui ont été systématiquement ignorés et dont les œuvres pourtant remarquables n’ont jamais fait l’objet du moindre enregistrement. J’espère que Voyage à travers le cinéma français voyagera un peu partout en France et qu’il sera vu par de nombreux scolaires afin de leur montrer qu’il existe autre chose de plus qualitatif que le cinéma américain."