Entretien
Culture

"C’est magique de jouer dans un orchestre symphonique !"

Aline Bertrand-Amourette, professeur de violoncelle au Conservatoire depuis 1988
"Happy New Year England", la Camerata donne son traditionnel concert du Nouvel An
  • lehavre.fr : Depuis quand participez-vous à la Camerata ?

Aline Bertrand-Amourette : Depuis sa création. En tant que professeurs du Conservatoire, on nous a sollicités et on a dit oui très naturellement. Jouer fait partie intégrante de notre métier. Nous ne faisons pas qu’enseigner, il faut aussi pratiquer !

  • lehavre.fr : Quels bénéfices voyez-vous ?

A.B-A : Hormis le fait de nous faire jouer bien sûr, c’est bien de réunir des enseignants d’autres conservatoires : cela nous permet de mener d’autres projets inter-établissements. Mais c’est surtout pour les grands élèves que la Camerata représente une très belle opportunité. Ce n’est pas si fréquent pour eux de pouvoir jouer dans un orchestre professionnel, c’est une expérience importante dans leur apprentissage. J’apprécie également que le programme soit varié, qu’il alterne des œuvres accessibles au public comme des moins faciles. Moi je m’y retrouve très bien !

  • lehavre.fr : Y a-t-il un concert qui vous ait marquée plus qu’un autre ?

A.B-A : Chaque concert est différent… mais je citerai peut-être le concert d’opéra. C’est quelque chose qui manque au Havre, on n’a pas d’opéra ni d’opérette et c’était intéressant de travailler avec des solistes et des chœurs.

  • lehavre.fr : Comment s’annonce le nouveau concert de la Camerata, « Happy New Year England » ?

A.B-A : Le programme est un peu difficile pour les élèves, notamment la Suite des Planètes de Gustav Holst, mais comme le fait d’avoir les partitions peu de temps avant ainsi qu’il est d’usage, cela fait partie du jeu ! A chaque fois, les élèves qui participent sont ravis, on se sent porté, il y a un élan. C’est magique de jouer dans un orchestre symphonique !

Pour aller plus loin