Education
Solidarité
Vie associative

Des élèves de Jeanne d’Arc préparent une mission humanitaire à Madagascar

Des élèves de Jeanne d’Arc préparent une mission humanitaire à Madagascar

Seize Havraises s’associent à un programme d’échange interculturel avec l’association Eau de Coco, acteur de solidarité internationale, et partent pour un mois à Madagascar.

Elles sont élèves en 2e année de BTS Economie Sociale et Familiale au lycée Jeanne d’Arc. Depuis plusieurs mois, elles préparent une mission hors du commun. Du 11 janvier au 12 février 2016, Audrey, Marine, Charlotte, Salomé ou encore Camille vont se rendre dans le sud de Madagascar, l’un des pays les plus pauvres au monde, afin de réaliser un chantier solidaire.

Tout est parti d’une rencontre, en 2012. Sophie Bertrand, professeur en BTS Economie Sociale et Familiale, fait la connaissance d’une enseignante qui a travaillé durant un an à Madagascar, en relation avec l’association Eau de Coco. Riche de leurs échanges, elle décide de monter un premier projet sur deux ans avec ses élèves, dans le cadre des cours d’action professionnelle. Depuis l’année dernière, elle accompagne de nouveau des élèves du lycée Jeanne d’Arc. Pour cette deuxième expérience, la classe a très vite décidé de s’orienter vers un chantier solidaire avec en point d’orgue un séjour d’un mois dans le sud de Madagascar.

Un projet, une évidence

"Quand Mme Bertrand nous a parlé de ce projet, cela nous a tout de suite semblé important de le faire et de nous investir pour sa réussite, explique Camille Olivier. Nous sommes 16 filles impliquées et gérons l’ensemble du projet, du début à la fin. Cela va bien au-delà de nos heures de cours, on se réunit le midi, le week-end, parfois le soir. En ce moment, au-delà de la préparation de nos actions sur place, lorsque nous serons à Madagascar, nous cherchons à lever des fonds pour financer le voyage." Les filles démarchent des entreprises, vendent des chocolats, font des paquets cadeaux à l’occasion des fêtes de fin d’année. "Un voyage comme celui-ci coûte environ 1400 € par personne, poursuit Sophie Bertrand. Avec les fonds levés, le premier voyage était revenu à 200 €."

Le développement durable au cœur du projet

Le départ est programmé le 11 janvier, retour au Havre le 12 février 2016. Cours de malgache, apprentissage de la culture locale, sensibilisation au bénévolat… La préparation au voyage s’appuie sur les mêmes valeurs que celles de l’association Eau de Coco. "Sur place, nous voulons nous intégrer totalement à la population, dans un profond respect des personnes, précise Camille. Nous voulons comprendre la culture locale et échanger, notamment sur l’avenir, à travers les thèmes sur lesquels nous avons choisi de travailler : le développement durable et l’éducation."

Deux missions à Madagascar

Sur place, les filles seront réparties en deux groupes sur deux sites différents et entourées par des bénévoles de l’association Eau de Coco. L’un va travailler dans une ferme-école à Fianarantsoa, sur l’amélioration des pratiques d’élevage et d’agriculture, dans le plus pur respect de l’environnement. L’autre groupe sera implanté à Mangily pour des séjours éducatifs avec des enfants de 6 à 12 ans. Le but : sensibiliser au développement durable en s’interrogeant sur la gestion des déchets, en expliquant en quoi les arbres sont importants…

A quelques semaines du départ, on perçoit impatience et une pointe d’anxiété face à l’inconnu. "C’est encore difficile de se projeter, précise Camille. On sait que cela peut être compliqué car nous allons découvrir un mode de vie beaucoup plus simple et humble. Mais on sait surtout que ce que l’on va vivre est unique et que très peu de personnes font cette expérience. Je pense que cela va nous aider à relativiser sur notre quotidien. Nous avons un fil conducteur dans la façon d’aborder ce voyage : oublier les différences. On a hâte !"