Culture

Eugène Boudin, l'atelier de la lumière

Un rétrospective inédite d'Eugène Boudin à découvrir au MuMa
Le MuMa présente "Eugène Boudin, l'atelier de la lumière", jusqu'au 26 septembre

C'est une exposition exceptionnelle que vous propose de découvrir le MuMa, Musée d'art moderne André Malraux. Du 16 avril au 26 septembre 2016, le peintre normand est à l'honneur avec une rétrospective inédite, "Eugène Boudin, l'atelier de la lumière", dans le cadre du festival Normandie Impressionniste.

Difficile d'imaginer plus bel écrin pour abriter une exposition dédiée à Eugène Boudin que le MuMa, Musée d'art moderne André Malraux, merveilleusement situé entre ciel et mer. Ce dernier conserve au Havre la deuxième plus importante collection (325 oeuvres) au monde de l'artiste né à Honfleur. Célébrer ici Eugène Boudin - ses ciels, ses multiples études de vaches - était une évidence. D'autant plus qu'aucune rétrospective ne lui avait été consacrée depuis 1906, quelques années près sa mort. Le jour de l'iauguration de l'exposition, le 16 avril 2016, Edouard Philippe, maire du Havre et député de la Seine-Maritime, a rappelé que le lien qui unit Eugène Boudin et Le Havre (il s'y installe à l'âge de 11 ans en 1835) représente beaucoup plus qu'un moment de la vie d'un artiste. "Ce lien, c'est la modernité. [...] Boudin ne cherche pas à être moderne. Mais il est le produit de la modernité. Et pour lui, elle est havraise."

Ces années passées au Havre amène en effet l'artiste à vivre les débuts de l'éclairage public au gaz, la réalisation du bassin Vauban, l'inauguration de la ligne de chemin de fer Paris-Le Havre, l'essor du grand port et du commerce international, notamment autour du négoce du coton. Edouard Philippe rappelle ainsi cette citation de Boudin : "Pas de coton, pas de tableaux." Et de préciser également qu'à la fin du XIXe siècle, le conseil municipal du Havre a alloué à Boudin "une bourse qui permettra à cet autodidacte, encore mal assuré de son talent, de poursuivre sa formation à Paris. [...] Peut-être pas de Boudin, non plus, sans la municipalité du Havre."

Une étude sans cesse renouvelée de la lumière

L'exposition "Eugène Boudin. L'atelier de la lumière" réunit 200 tableaux issus du fonds exceptionnel du musée ainsi que de prêts venus du monde entier, révélant aussi bien la démarche esthétique du peintre, que sa virtuosité et son attachement à sa région natale. Plages, troupeaux, laveuses... les thèmes qu'Eugène Boudin aborde au fil de sa carrière ne sont que prétextes à une étude sans cesse renouvelée de la lumière. Beaudelaire célèbrera ses "beautés météorologiques" ; Monet appelera Boudin "le roi des ciels"... En effet, l'artiste développe diverses variations autour de quelques thèmes, parmi lesquels les variations atmosphériques, les scènes de plages et le peinture de marine.

"Boudin est moderne, en ce sens qu’il peint un port du Havre où les cheminées des vapeurs commencent à apparaître dans la forêt des mâts et des voiles, et une plage de Trouville déjà balnéaire, peuplée d’ombrelles, de crinolines et de canotiers ; mais il intègre cela à ce qui est éternel : la mer, le ciel, le soleil couchant", rappelle Edouard Philippe. Et de conclure "Pour Le Havre et les Havrais, Boudin est une part de notre patrimoine. [...] Il est aujourd’hui de retour chez nous, chez lui, dans ce MuMa qui pourrait lui aussi être qualifié d’'atelier de la lumière'."

Au début de son discours, Edouard Philippe a précisé qu'il y avait cent façons de parler d’un peintre et de son œuvre. "Marcel Duchamp le résuma un jour par cette phrase limpide : 'C'est le regardeur qui fait le tableau'. Merci d’avoir partagé avec moi ce regard qui, sous prétexte d’un hommage à Eugène Boudin, se veut résolument et sans réserve une célébration du Havre et de la modernité."