Alerte : En raison de l'organisation d'une compétition, la piscine du Cours de la République sera fermée au public le dimanche 21 avril.

Alerte : ENTRÉE DE VILLE : Les feux tricolores du carrefour Marceau seront mis en fonctionnement à partir du 22 avril.

Alerte : TRAVAUX : La circulation sera fermée sur une partie de l’axe Boulevard Churchill - Quai Colbert, entre la rue Denis Papin et la rue Roubeau, pendant 4 nuits consécutives (de 21h à 6h) : du lundi 15 au vendredi 19 avril. Une déviation sera mise en place.

Fermer
Culture
Un Été au Havre
Évènement

Fabio Viale, sculpteur invité pour Un Été Au Havre 2021

« Un Été Au Havre me donne l’occasion d’exposer pour la première fois mes œuvres dans l’espace public en France »

L’artiste italien Fabio Viale bouscule le monde de l’art et de la sculpture en créant, transformant et tatouant des statues inspirées de chefs-d’œuvre classiques. Le marbre, son matériau de prédilection, dévoile ainsi des qualités insoupçonnées, comme une peau humaine.

LH Océanes : Comment s’est noué le contact entre vous et Un Été Au Havre ?

Fabio Viale : Suite à ma dernière exposition, l’organisation m’a contacté pour rejoindre la programmation 2021. Je gardais un excellent souvenir de mon passage en Normandie, il y a dix ans. Je suis ravi de découvrir Le Havre, son architecture inscrite sur la Liste du patrimoine mondiale de l’Unesco et sa situation de ville en bord de mer. C’est très inspirant !

LH Océanes : L’une de vos œuvres figure sur une affiche de l’événement. Sera-t-elle présentée seule ?

F.V. : Je suis venu visiter le site prévu pour l’installation, que je ne peux encore dévoiler mais qui, je le sais, est un lieu très apprécié des Havrais. Plusieurs statues y seront proposées, représentatives de mon travail, avec des pièces déjà existantes et plusieurs nouvelles.

LH Océanes : Pouvez-vous expliquer votre démarche créative ?

F.V. : Je suis sculpteur et travaille exclusivement le marbre, un matériau qui me fascine depuis toujours. J’ai d’ailleurs passé un an à l’Académie de Carrare où j’ai appris l’extraction en carrière et les techniques auprès des artisans. Je m’amuse depuis à recréer des objets du quotidien, issus de blocs de marbre, mais qui gardent leur apparence : mes pneus en marbre, par exemple, ressemblent à s’y méprendre à des pneus en élastomère. Impressionné par les œuvres d’artistes majeurs comme Michel-Ange, j’ai eu l’idée de reproduire certains chefs-d’œuvre en les adaptant : parfois, les originaux montrent des imperfections anatomiques que je corrige. Ce sont donc mes propres inspirations à partir de modèles existants.

LH Océanes : D’où vient l’idée de tatouer vos sculptures ?

F.V. : Cette démarche répond, là encore, à mon désir de métamorphose des objets. Il s’agit ici de rendre les statues les plus réelles possible. Les œuvres antiques, avec leur souci du détail, montrent les yeux, les contours des muscles. Et si je tatouais leur « peau » pour la rendre encore plus réaliste ? Quand j’ai commencé à le faire il y a quinze ans, le tatouage n’était pas aussi populaire qu’aujourd’hui. Les motifs importants que j’utilise sont souvent l’apanage de mafieux russes ou japonais. Un tatoueur russe m’a expliqué ces techniques et la signification de ces dessins pour les criminels. Les tatouages sur mes statues possèdent donc cette double dimension, esthétique et symbolique. De ce dialogue avec le marbre naissent une énergie et une histoire.

LH Océanes : Comment tatouer du marbre ?

F.V. : J’ai mis au point cette méthode avec des chimistes car il s’agit bien d’injection d’encres, comme pour la peau. J’utilise la porosité du matériau et, comme un tatoueur, je sélectionne avec un styliste le motif qui me semble le plus approprié. C’est une rencontre entre l’art classique et l’expression moderne, entre le profane et le sacré, entre le marbre froid et des couleurs qui respirent la vie.