Alerte : En raison de l'organisation d'une compétition, la piscine du Cours de la République sera fermée au public le samedi 10 décembre de 15 heures à 17 heures 30.

Alerte : En raison d'une compétition, les séances publiques à la Patinoire sont annulées les 10 et 11 décembre 2022

Fermer
Culture

Guerre d’Algérie : un festival pour se reparler

Les 11, 12 et 13 octobre, le festival de films Les Mémoires de la Guerre d’Algérie revient au cinéma Le Studio. Trois projections publiques et plusieurs scolaires témoignent d’événements et de destins bouleversants.

Publié le 30/09/2022

En cette année de commémoration des 60 ans des accords d’Évian ayant mis fin au conflit entre la France et l’Algérie, et conduit à l’indépendance de l’ancienne colonie française, Les Mémoires de la Guerre d’Algérie reviennent après une première édition en 2019.

Organisé au cinéma du patrimoine Le Studio, sous l’impulsion de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG), le festival de films donne la parole à des réalisateurs, historiens ou journalistes, à la faveur de projections et débats avec l’assistance.

« Malgré le grand nombre de films sur le sujet depuis les événements mêmes, il n’est pas toujours facile de trouver des œuvres à projeter, en raison notamment du caractère polémique ou militant de certaines », informe David Lheureux, responsable du Studio qui, cette année, met l’accent sur les Harkis, ces Algériens qui avaient fait le choix de rester fidèles à la France.

La parole se libère

À la fois lointaine pour beaucoup mais étonnamment imbriquée dans l’histoire familiale de nombreux citoyens des deux rives de la Méditerranée, la guerre d’Algérie reste un épisode controversé, à vif. Une programmation équilibrée permet à tous les acteurs de cette période de prendre la parole, de se reparler parfois, en luttant contre les préjugés.

L’aménagement de plusieurs séances réservées aux scolaires, collégiens ou lycéens y contribue également, dans un contexte où le manque de communication est propice aux mythes. Les traumatismes des uns et des autres sont réels, le festival entend donc favoriser les témoignages de celles et ceux – de plus en plus rares – qui ont été au cœur de l’Histoire.

Films et documentaire

Au programme, deux films prestigieux sont à l’affiche. Mardi 11 octobre à 20h, La Trahison de Philippe Faucon, avec Vincent Martinez, Cyril Troley et Ahmed Berrhama, raconte l’histoire d’un sous-lieutenant usé par le conflit, entre une population locale réprimée et des soldats au moral chancelant. Mercredi 12 octobre à 20h, Gérard Depardieu, Catherine Frot et Jean-Pierre Darroussin reviennent d’Algérie dans Des Hommes, de Lucas Belvaux.

Enfin, jeudi 13 octobre à 20h, le réalisateur Rabah Zanoun sera présent pour présenter un documentaire très personnel, Le Choix de mon père, relatant le destin de son père qui, pour avoir refusé d’exécuter un homme comme le lui ordonnait le FLN, a trouvé refuge auprès des autorités françaises pour échapper à sa propre condamnation à mort par le mouvement. Devenu Harki, il portera toute sa vie, avec sa famille, les conséquences de son « choix ».