Entretien
Sport

"J'ai envie que les gens reviennent au stade"

Paul Le Guen, nouveau manager du HAC Foot
Paul Le Guen, nouveau manager du HAC Foot

Trois fois champion de France avec Lyon en tant qu’entraîneur, ancien joueur de l’équipe de France, Paul Le Guen endosse le costume de manager du HAC Foot.

  • lehavre.fr : Comment s’est faite votre arrivée au Havre ?

Paul Le Guen : Les choses se sont faites assez simplement. J’ai rencontré deux fois Vincent Volpe, le président, et Pierre Wantiez, le directeur général, les discussions ont été très fluides, très simples. J’ai demandé un temps de réflexion mais pas très long finalement, et j’ai accepté parce que les choses étaient claires et motivantes et que j’ai vraiment senti la volonté de me faire confiance. Je fonctionne beaucoup au feeling. Le vrai confort aurait été de rester avec la bande de L’Equipe 21, dans laquelle je me sens bien, de parler foot et d’aller boire une bière après ! Non, je suis content d’être là.

  • lehavre.fr : Vous allez découvrir la Ligue 2. Quel regard portez-vous sur ce championnat ?

P.L-G. : C’est un championnat compliqué, il y a des grosses écuries, mais c’est un championnat intéressant. Je suis le foot dans sa globalité, je suis donc la Ligue 2, même si je l’ai moins regardée que la Ligue 1. Il y a de gros effectifs, probablement certains mieux armés que le nôtre, mais l’objectif est justement de l’améliorer !

  • lehavre.fr : Etes-vous conscient que votre nom suscite au Havre beaucoup d’attente au bout de 10 ans de Ligue 2 ?

P.L-G. : Je suis toujours frappé par le bons sens et la compréhension des gens. Ils écoutent beaucoup, notamment l’émission dont je faisais partie, on échange à ce propos, et ils sont bien conscients que ce n’est pas parce qu’on a un nom et un parcours que cela suffit, donc je suis assez tranquille avec cela. J’ai envie que les gens me soutiennent, qu’ils reviennent au stade, toutefois je suis dans le foot depuis suffisamment longtemps pour savoir que ce sont par des résultats, par des performances qu’ils viendront. Sinon, mon petit nom fera un effet seulement sur les deux premiers matches ! Il faudra enclencher rapidement une dynamique. Il y a un beau stade, un centre d’entraînement tout neuf, il y a ce qu’il faut, mais, ce qu’il faut d’abord pour avancer, ce sont des résultats.

  • lehavre.fr : Quel sera votre rôle exactement ?

P.L-G. : Je serai l’entraîneur. J’aurais pu être un directeur du football. Mais dans le fond, je trouve qu’un club comme Le Havre aujourd’hui a plus besoin de ce que m’a proposé le président. Il y a le titre, merci, mais ce sera en fait un peu un « super entraîneur » avec des responsabilités élargies. Ce que je veux est faire l’équipe, avoir une véritable influence sur le recrutement. Si on veut parler d’entraîneur général, ça ne me dérange pas !

  • lehavre.fr : Quel genre d’entraîneur êtes-vous ?

P.L-G. : Il faut de l’exigence, c’est la moindre des choses ! Et de l’autorité, évidemment, mais pas de l’autoritarisme. Je suis le patron, je ne me force à rien, mais je fixe un cadre bien défini, je tiens à ce qu’il soit respecté et il le sera. Après, je me méfie des grands discours, des grandes déclarations, en juin ou juillet, quand le championnat n’a pas commencé. J’ai envie qu’on joue bien au foot, que les gens viennent au stade, cependant je ne veux pas faire de grandes promesses. Je viens au Havre pour travailler du mieux possible au service de ce club. Je ne vais pas promettre qu’on va monter en Ligue 1, je ne vais pas promettre des choses qu’on n’est pas sûrs de tenir, toutefois je sais qu’on va pouvoir tenir un engagement total et le fait d’être un partenaire loyal pour le président. Je sais aussi que ça rassure les gens de dire qu’on va essayer de mettre en place une identité de jeu. Alors, oui, on va essayer de le faire ! Mais je ne veux pas de grandes annonces pompeuses, ça m’agace !

  • lehavre.fr : Quelle image aviez-vous du HAC et du Havre ?

P.L-G. : Je suis souvent venu jouer au Havre et j’ai toujours aimé le stade Deschaseaux. J’y ai même joué avec Brest contre la réserve du HAC en troisième division. J’ai toujours considéré le HAC comme un bon club avec un potentiel, et qui est en Ligue 2 depuis trop longtemps. La ville du Havre, elle, s’est transformée, est dynamique… On ne vient pas pour cela au départ mais on se renseigne tout de même un peu ! Moi qui suis breton, je sais aussi que beaucoup de Havrais ont des origines bretonnes. Par ailleurs, Le Havre, ce sont aussi des personnalités : des joueurs marquants, mais aussi le Premier Ministre ! Ma mère est engagée en politique et est fan d’Edouard Philippe. Et c’est aussi le livre bouleversant de Maylis de Kerangal « Réparer les vivants » ! Par ailleurs, mes filles sont venues visiter la ville il y a quelques mois, et quand elles ont su que j’avais été contacté par le club, elles m’ont tout simplement dit que c’était super et qu’il fallait y aller !