Alerte : Vigilance circulation : depuis sa réouverture le 30 avril 2024, le pont Jean-Jacques Rousseau, à l'entrée du Havre, est désormais interdit aux véhicules de plus de 3,5 tonnes.

Fermer
Entretien
Culture

Joy Sorman / Rubin Steiner : Concert littéraire La peau de l’ours

Création Festival littéraire Le Goût des Autres 2016

Joy Sorman, auteur du livre La peau de l’ours et Rubin Steiner, musicien, ont imaginé un concert littéraire de La peau de l’ours pour le Festival littéraire Le Goût des Autres, samedi 22 h 30 au Magic Mirrors. Entretien croisée.

  • lehavre.fr : Qu’est-ce qui vous a incité à participer au festival Le Goût des Autres ?

Joy Sorman : Je suis venue au festival l'an passé et j'avais beaucoup apprécié la qualité et la singularité de la programmation, l'ambiance chaleureuse et festive, et puis je ne rate jamais une occasion de venir au Havre ! Une ville que j'aime particulièrement et dont l'architecture me touche.

Rubin Steiner : Lorsque Rozenn Le Bris, la directrice du festival, m'a contacté pour me parler de ce projet de concert lecture avec Joy qu'elle avait en tête, elle était si excitée et passionnée que j'ai été, d'une certaine manière, contaminé par son enthousiasme. Et je ne regrette pas. Je n'ai pas souvent eu l'occasion de rencontrer des directeurs de festival aussi impliqués dans la création.

  • lehavre.fr : Comment s’est passée votre rencontre ?

J.S. : La rencontre avec Rubin Steiner a été orchestrée par Rozenn Le Bris, la programmatrice du festival, et j'étais d'autant plus heureuse et flattée qu'elle imagine que nos univers puissent s'associer, que c'est un groupe que j'écoute depuis longtemps, qui a accompagné mes années 2000.

R.S. : La bonne surprise, c'est que j'avais lu et adoré La Peau de l'Ours juste avant que Rozenn me contacte et que Joy connaissait mes disques et les aimait bien. Je crois que nous avons été mutuellement ravis de nous rencontrer. Et un peu impressionnés aussi j'imagine.

  • lehavre.fr : Comment s’est articulée votre collaboration ?

R.S. : Pour Joy comme pour nous, c'était une première, donc on a surtout essayé des choses de manière plutôt empirique. Nous avons d'abord parlé de ce dialogue possible entre un texte et de la musique, en essayant d'imaginer autre chose que de l'illustration, et surtout en essayant d'imaginer cet endroit idéal où la musique et le texte seraient chacun au service de l'autre. A titre personnel, et en tant que gros lecteur, j'ai découvert le pouvoir énorme d'évocation de la musique sur un texte, chose à laquelle je n'avais pas vraiment réfléchi avant.

J.S. : J'ai d'abord fait un découpage du livre, pour moi la partie la plus difficile du travail, car bien sûr il était impossible de tout lire. Mais je voulais garder la totalité de l'histoire, dérouler le fil du début à la fin, il a donc fallu opérer les bonnes coupes tout en restant fidèle à la cohérence et à l'atmosphère du récit. Puis j'ai envoyé ce montage à Rubin Steiner qui a associé à chaque mouvement du texte un mouvement musical et sonore. Vient ensuite le temps des répétitions, tous ensemble, qui permet d'affiner, de rentrer dans le détail des émotions et des paysages, dans la subtilité des intentions, celles du texte et celles de la musique de Rubin Steiner. On commence par des allers et retours entre texte et musique, puis on procède à la greffe, à la soudure, le moment le plus passionnant.

R.S. : Avant de répéter en live et pour de vrai, j'ai enregistré le texte lu par Joy. J'ai ensuite essayé tout un tas de montages de maquettes de musiques sur sa lecture, dans mon studio. Nous avons ensuite rejoué et répété en groupe (avec nos "vrais" instruments, c'est à dire basse, batterie, percussions et synthés), puis nous avons calé les différentes séquences en répétant avec Joy, et nous avons même écrit quelques musiques au dernier moment pendant ces répétitions, pour coller (selon nous) au plus près de ce que nous voulions offrir au texte.

  • lehavre.fr : Quelle est votre définition de l’amitié, puisque tel est le thème du festival ?

J.S. : L'amitié est pour moi le lieu de la liberté, de la confiance, de la vérité. Dans l'amitié est possible ce subtil équilibre entre ce qui nous rapproche et ce qui nous éloigne, entre le commun et la différence.

R.S. : C’est quelque chose de très intime et rare que je ne confonds pas, malgré les apparences, avec la bonne camaraderie. L'amitié est une connexion magique exclusive qui n'a rien à voir avec la bienveillance sincère et l'entrain complice que je peux manifester avec les gens en général. L'amitié, c'est que je sais que tu sais que je sais que tu sais.