Culture
Un Été au Havre

La Bande des Havrais de "Retour du vaste monde" au MuMa

La Bande des Havrais de "Retour du vaste monde" au MuMa

Tels les explorateurs partis du Havre pour visiter le monde, ils se sont aventurés vers des contrées plus ou moins lointaines, afin de revenir enrichis d’expériences aussi diverses que créatives. Les artistes de la Bande des Havrais s’exposent au MuMa du 23 février au 14 avril et, avec ce Retour du vaste monde, donnent à voir, à entendre et surtout à partager tout ce qu’ils ont rapporté de leurs voyages.

Tout a commencé en 2016, alors que se préparaient les festivités d’Un été au Havre 2017. Huit artistes havrais avaient été sélectionnés pour représenter la diversité de l’art made in Le Havre. La démarche, alors que la ville recevait artistes et visiteurs venus d’ailleurs, était d’exporter également ce qui se faisait ici. Trois nouveaux créatifs ont rejoint l’équipe en 2018. La palette de ces ambassadeurs est large. Musique, danse, film, graphisme, dessin, peinture, installation, céramique, chacun compose à sa manière, avec son univers propre et ses matériaux singuliers. Avec un point commun : leur port d’attache. A la manière des explorateurs d’antan, les membres de la Bande des Havrais sont partis dans le pays de leur choix, tout en cherchant, par le processus créatif, à entrer d’une manière ou d’une autre en résonance avec Le Havre. Ainsi Patrice Balvay est-il parti à Tokyo, Juliette Richards à Liverpool, Christophe Guérin sur la mer des Caraïbes à bord d’un cargo… Avec leurs crayons, leurs instruments de musique, leur caméra - et surtout leur sensibilité -, ils se sont nourris et inspirés, pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, d’autres paysages, d’autres mœurs, d’autres cultures.

Le bout du monde à deux pas

Artistes voyageurs, les membres de la Bande des Havrais sont partis à la découverte de nouvelles cultures, forgeant leurs inspirations autour de nouvelles rencontres et échangeant autour de leurs différences. Pourtant, ce sont parfois des ressemblances avec Le Havre qui ont mené ces créatifs à l’autre bout du monde. Le plasticien Sébastien Jolivet travaille depuis plusieurs années à un projet lié à l’univers industrialo-portuaire, en particulier la centrale thermique du Havre. Ainsi a-t-il souhaité partir à Newcastle, dans l’est de l’Australie, le premier port d’exportation mondial du charbon. La graphiste Delphine Boeschlin a quant à elle réalisé sa résidence à Brasilia, ville qui, à l’instar du Havre, a été dessinée par un unique architecte, Oscar Niemeyer, et est l’œuvre d’un urbaniste singulier, Lucio Costa.
Toutes ces résidences ont été riches d’apprentissages et de créations. C’est pourquoi le MuMa va les mettre à l’honneur ! Transformé dès le 23 février en espace multiculturel et pluridisciplinaire, le musée va non seulement prendre les couleurs mais aussi vibrer de tous ces voyages autour du monde. Chacun des artistes membres de cette Bande va présenter le fruit de son travail et proposer en parallèle des animations et des rencontres, histoire de partager avec le public tout ce que l’art havrais a gagné de ses dialogues avec le monde !

Une exposition polymorphe

Trois bornes d’écoute seront installées pour découvrir la musique de Juliette Richards : on y entendra l’élaboration d’une chanson à partir de sons pris entre Liverpool et Le Havre, une borne dévoilant les sons bruts enregistrés, une autre valorisant les rythmes créée depuis ces sons, et la dernière diffusant le résultat final. La musicienne dévoilera aussi l’ambiance de sa tournée à travers une vidéo et une sélection de photos, et présentera les derniers clips de son groupe, White Velvet. L’exposition « Retour du vaste monde » offrira également à découvrir The Passenger, du vidéaste Christophe Guérin. Ce film en plusieurs parties repose sur un concept original : une immersion totale dans le voyage qu’il a réalisé à bord d’un cargo durant cinq semaines. François Trocquet emmènera le public à Detroit via ses dessins au stylo qui mettent en parallèle l’histoire douloureuse de cette ville avec celle de la ville du Havre. Les « concerts en appartements » du musicien Brav donneront à entendre les enregistrements de ses prestations en Belgique et au Luxembourg durant l’automne 2017. Kevin Cadinot, plasticien, parti à Montréal, revient au Havre avec deux œuvres engagées : Le Salon des refusés et Le 7e continent. Avec Vasterival, la plasticienne et céramiste Laure Delamotte-Legrand a interprété à sa manière les migrations des galets et rochers qui dérivent de la plage du Havre vers celle de Delft, aux Pays-Bas. Fasciné par le Japon, Patrice Balvay présentera la série de dessins résultant de son séjour au sein du Tokyo Wonder Site ; tandis qu’Agnès Maupré exposera « Les Bâtards », huit planches dessinées et mises en musique à la suite de sa résidence en Grèce, sur les traces des enfants cachés de Zeus… Enfin, La compagnie La BaZooka dévoilera l’installation baptisée « Antipodes », le fruit d’une résidence dont la destination restera secrète… au public de la deviner, en tout cas de l’imaginer !

Un vaste programme d’animations

A cette liste pour le moins éclectique d’œuvres s’ajoute également un programme alléchant et bigarré d’animations autour de l’exposition « Retour du vaste monde ». Outre les projections de films, concerts, performances, ou ateliers pour petits et grands, tous les dimanches à 15 h, l’un des artistes de la Bande des Havrais présentera son voyage et son travail. Une occasion rare de comprendre le processus créatif des artistes et de connaître les coulisses – parfois les affres – de leurs mois de résidence.

Retour du vaste monde, au MuMa du 23 février au 14 avril.
Tarifs : 7 €, réduit 4 €, entrée libre selon conditions
Tous les dimanches à 15 h : rencontre avec l'un des artistes de la Bande des Havrais
Programme détaillé des animations à retrouver sur www.muma-lehavre.fr
Toutes les infos sur le projet sur labandedeshavrais.fr

Pour aller plus loin