Concertation
Urbanisme

La concertation dessine l’avenir des espaces publics dans le centre reconstruit

La concertation dessine l’avenir des espaces publics dans le centre reconstruit

Le projet de requalification concerne un secteur de 10 ha entre la place de l’Hôtel de Ville et l’esplanade Nelson Mandela.

Le 24 octobre, plusieurs dizaines de Havrais ont assisté à la restitution de la concertation entamée en février 2019. La démarche porte sur la requalification des espaces publics du centre-ville reconstruit, notamment autour des bassins historiques, sans oublier le patrimoine ancien (cathédrale Notre-Dame, Muséum d’histoire naturelle, église Saint-François). Aussi stratégique qu’emblématique, le périmètre concerné est bordé à l’Est par la rue de Paris dont il convient de conforter la renaissance commerciale.
Depuis la réunion de lancement de la concertation, deux balades urbaines et trois ateliers de réflexion ont été menés, mobilisant plus de 200 participants au total et une équipe pluridisciplinaire composée d’architectes, d’urbanistes, de paysagistes et de spécialistes de la concertation publique. L’ensemble des études bénéficie de l'aide financière de la Région Normandie dans le cadre de l’appel à projets « Villes reconstruites », dont Le Havre est lauréate.

Des priorités à définir

La démarche de requalification s’inscrit dans un ensemble de projets urbains aboutis (tramway, espace Oscar Niemeyer, place Général de Gaulle) ou en cours (restauration de Notre-Dame, Réinventer Le Havre). D’ores et déjà, la concertation a permis d’identifier avec précision les espaces concernés par de futurs aménagements, soit un chantier de 4 ha ! Des études jusqu’à avril prochain ainsi que de nouveaux ateliers portant sur plusieurs espaces (rue de Paris, place du Père Arson, par exemple) vont permettre d’affiner les intentions.
Les aménagements définitifs seront dévoilés à l’automne 2020. Il s’agira notamment de libérer les bords à quais des bassins pour rendre leur accès au public et aux touristes, mais aussi de donner plus de place au végétal et au commerce, de mettre en valeur le patrimoine ancien ou reconstruit et d’équilibrer les différents usages des espaces publics entre voitures, vélos et piétons. Prévus pour démarrer en 2021, les travaux s’étaleront sur plusieurs années afin d’en maîtriser l’impact sur les riverains comme sur le budget municipal.