Astuce : Inscription aux colis de noël à partir du mardi 05 novembre 9 h au samedi 23 novembre 2019

Fermer
Entretien
Nautisme
Port
Sécurité

"La symbiose de l'équipe est essentielle"

Marc Cotrel, pilote de Seine, président de la station SNSM du Havre
Marc Cotrel, pilote de Seine, président de la station SNSM du Havre

Défier la mer pour sauver des vies. La Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) est la seule organisation du genre agréée en France. Marc Cotrel, pilote de Seine, est le président de la station havraise, l'une des 218 que compte l'association.

  • lehavre.fr : Marc Cotrel, quel est le rôle de la SNSM ?

Marc Cotrel : La SNSM est une association loi 1901 reconnue d’utilité publique. Sa mission première est assurée en mer par les sauveteurs embarqués, qui interviennent en vedette depuis la base opérationnelle située sur le port de plaisance. Leur rôle est différent de celui des nageurs-sauveteurs, qui sont formés par le Centre de Formation d’Intervention (CFI) de la SNSM pour assurer la sécurité sur la plage l’été. Base et CFI travaillent en bonne intelligence. Par exemple, les jeunes en formation sont embarqués régulièrement sur la vedette pour s’entraîner.

  • lehavre.fr : Comment cela se déroule une intervention ?

M.C. : La SNSM intervient à la demande du CROSS, le Centre Régional Opérationnel du Surveillance et de Sauvetage, situé pour le grand ouest à Jobourg dans la Manche. Le CROSS coordonne tous les services de secours. Après un appel du CROSS, notre équipe doit se réunir en 15 à 20 minutes pour appareiller. Cinq personnes minimum embarquent dans la vedette, sous la responsabilité du « patron ». La SNSM a assuré 15 sauvetages en 2018, pour des raisons variées : avarie moteur, démâtage, hommes à la mer, évacuation sanitaire…Ces opérations ont permis de secourir 32 personnes.

  • lehavre.fr : Pouvez-vous nous présenter votre équipe ?

M.C. : Nous sommes une quarantaine au total, uniquement des bénévoles. L’engagement des équipiers est fort : ils peuvent être sollicités jour et nuit, sur leur temps professionnel et personnel. Au-delà du cœur de mission et des risques, le dévouement des bénévoles fait la beauté d’un engagement qui peut être rapproché de celui des pompiers volontaires. La moitié de notre effectif est affectée à l’opérationnel, l’autre moitié, à des tâches administratives et événementielles, moins visibles mais qui sont vitales pour le fonctionnement de l’association. L’équipe est riche des horizons divers de ses membres. Chez nous, on trouve un psychologue, des pompiers, des employés du port, des douaniers, un chef d’entreprise…

  • lehavre.fr : Quelles sont les conditions pour être bénévole à la SNSM ?

M.C. : Chaque bénévole doit avoir entre 18 et 66 ans, être valide physiquement et suivre une visite médicale annuelle. Bien entendu, il faut être très disponible et vivre à proximité de la station, pour pouvoir arriver rapidement sur la base. Côté formation, les sauveteurs sont détenteurs à minima d’un brevet de secouriste spécifique et suivent régulièrement des stages très variés. L’escalade, par exemple, peut servir en cas d’intervention sur un navire de commerce. Les stages contribuent à l’entretien physique et à la cohésion de groupe en renforçant les liens entre les membres. Lors d’une intervention, en situation de stress, bien se connaître et bien s’entendre, c’est primordial. Une autre clé, c’est l’évaluation du niveau d’urgence, technique et surtout médicale.

  • lehavre.fr : La SNSM évolue dans le paysage portuaire tout en étant un maillon de la chaîne de secours. Quelles sont ses relations avec les acteurs impliqués ?

M.C. : Nous avons des conventions qui cadrent nos collaborations avec le SDIS (les pompiers), le SAMU, la Marine nationale, l’Armée de l’air, la Sécurité civile… Parfois, nous assurons le transport sanitaire. Pour vous donner un cas de figure, cela peut consister à emmener une équipe du SAMU sur un site. Par ailleurs, certains évènements nous amènent à travailler main dans la main avec des associations. Cette année, lors du meeting aérien du 75e anniversaire de la Libération du Havre, l’aéroclub Jean Maridor a sollicité la SNSM pour assurer la sécurité sur l’eau. Notre vedette était le repère d’alignement pour la Patrouille de France ! Cette dynamique de collaboration, nous l’avons activée récemment à la suite d’un drame qui a touché de plein fouet notre organisation. Le 13 juin, la SNSM et les remorqueurs du Havre se sont mobilisés pour que le monde portuaire local puisse se recueillir en mémoire des trois sauveteurs de la SNSM décédés en mission au large des Sables-d’Olonne.

  • lehavre.fr : L’association est présente sur la Transat Jacques Vabre.

M.C. : Oui, nous animons un stand sur le village. Notre objectif : nous faire connaître en répondant aux questions des visiteurs. Peut-être que certains auront envie de nous rejoindre ! On l’espère en tout cas, car nous cherchons des renforts, pour la base et pour l’administration. La présence de la SNSM sur la Transat permet aussi de vendre de produits dérivés et de collecter des dons. Le public ne le sait pas toujours, notre association vit, à 70 à 80 % de son budget, grâce aux financements privés. Compte tenu de la nature de nos missions, les dépenses matérielles et logistiques de la SNSM sont lourdes. Un équipier qui part « sur le terrain » avec son équipement complet, c’est un coût minimum de 2 000 euros. Evidemment, avant et au moment du départ de la course, les sauveteurs de la SNSM se tiennent prêts à intervenir si nécessaire.

La Société nationale de sauvetage en mer est située sur le terre-plein sud du port de plaisance.
Adresse : SNSM, C/O capitainerie port de Plaisance -125, boulevard Clemenceau - 76600 Le Havre.
Courriel : snsm.lehavre@gmail.com.
Toutes les infos : station-lehavre.snsm.org