Commerce

Le nouveau souffle du commerce havrais

Le nouveau souffle du commerce havrais

La mobilisation autour du commerce de proximité et de centre-ville permet au Havre de s’adapter aux nouvelles habitudes des consommateurs et de renforcer l’attractivité commerciale de la ville.

Les villes françaises sont confrontées à la fragilisation du commerce de centre-ville. Entamée avec le développement des zones commerciales périphériques, cette tendance s’est accentuée avec le commerce numérique qui accélère la disparition ou le regroupement d’enseignes nationales : les fermetures de magasins touchent alors toutes les villes.
Les formes du commerce évoluent donc. C’est pour accompagner cette évolution que la Ville est ses partenaires ont décidé de s’adapter à cette transformation pour en tirer profit. Depuis 2016, un travail collaboratif avec toutes les entités qui bénéficient de leviers pour agir sur l’attractivité commerciale a été engagé.

Début 2018, Le Havre s’est vu décerner, dans la catégorie « ville moyenne », le prix Procos de la fédération du commerce spécialisé. Une récompense qui vient couronner l’ensemble des initiatives et aménagements réalisés ces dernières années pour accueillir, développer et dynamiser le commerce de centre-ville. La preuve qu’en agissant de concert, il devient plus aisé d’enrayer les tendances naturelles à l’affaiblissement du commerce en centre-ville. « Après un diagnostic transparent, nous avons décidé qu’il était nécessaire de renforcer et diversifier le commerce, d’où la mise en place d’un dispositif de protection des linéaires commerciaux qui favorise l’implantation de commerce plutôt que de services et contribue à limiter l’inflation des loyers », détaille Robert Martin, responsable du service Développement commercial, à la Ville du Havre.

Faciliter les nouvelles implantations

En 2017 et 2018, le nombre de friches commerciales (commerces vacants) a fortement diminué, notamment sur les axes jugés prioritaires qui ont bénéficié de ce dispositif, la Mairie exerçant par ailleurs un droit de préemption pour encourager l’implantation de commerce plutôt que d’autres activités. Sur les 1 250 cellules commerciales recensées en ville basse, seulement 10% sont aujourd’hui inoccupées. Le chiffre s’établit même à 3% sur l’axe concerné par la protection du linéaire : de la rue de Paris à la rue René Coty, en incluant la zone piétonne, soit 4 kilomètres. L’exemple de la rue de Paris est emblématique de ce regain d’attractivité puisque le nombre de friches y a chuté, passant d’une vingtaine à six et laissant place à de nouvelles boutiques et même à des initiatives originales, comme une boutique test. « Souhaitée par la Chambre de Commerce et d’Industrie, la boutique test sert de pépinière commerciale pour le lancement de nouveaux projets, ce qui limite les risques financier pour le porteur de projet », explique Cédric Maillet, responsable commerce à la délégation havraise de la CCI. L’appel à candidature s’achève le 30 novembre, si bien qu’une nouvelle boutique devrait y voir le jour prochainement.

Une culture de l’attractivité pour tous les quartiers

Là où l’activité commerciale s’estompe naturellement, de nouvelles activités pourront voir le jour, comme les services aux personnes âgées ou handicapées, tandis que certaines cellules pourront également muter en logements accessibles à ces mêmes publics. Globalement, c’est une culture d’attractivité qui naît du travail collaboratif entrepris par les acteurs locaux. Aujourd’hui, le réseau des Ambassadeurs du Commerce, initié pour les 500 ans de la ville, rassemble plus de 650 commerçants, artisans et services.
Des initiatives originales en découlent, comme l’accompagnement des commerçants vers la vente en ligne. Une plate-forme numérique (marche-prive.boutique/le-havre) leur permet de disposer d’une vitrine virtuelle qui facilite les achats via Internet. Le consommateur n’a plus qu’à venir retirer ses articles en boutique, à moins qu’il ne préfère être livré.
Par ailleurs, une campagne de communication percutante et décalée a été lancée cette année : « Consommer 5 artisans et commerçants par jour » (#moncommerçantdanslapeau) crée une relation de proximité avec les commerces havrais.
Le travail de revitalisation ne concerne pas que l’hypercentre. La présence d’un commerce vivant est également vitale pour les quartiers et leurs centres où il faut créer les conditions propices à la conservation ou l’installation de nouveaux commerces, grâce par exemple à la création d’équipements et le développement d’aménagements publics. L’appétit des Havrais pour leurs marchés de cœur de quartier est bon signe : il montre que si les ingrédients sont réunis, le consommateur plébiscite et fait le choix de la proximité.

Laurence Besancenot, Adjoint au maire, chargée du commerce
La Ville du Havre souhaite accompagner les commerçants dans un contexte de bouleversement généralisé des habitudes de consommation qui touche tous les centres-ville. Les dispositifs mis en œuvre portent leurs fruits, le commerce au Havre se porte mieux et le nombre de commerces vacants diminue. Le travail main dans la main avec les commerçants, leurs associations, les agents immobiliers, la Chambre des Métiers et de l’Artisanat et la Chambre de Commerce et d’Industrie n’est pas étranger à cette évolution. Les investissements urbains de redynamisation - comme le tramway ou la rénovation de l’Espace Niemeyer – ainsi que « l’effet 500 ans » contribuent eux aussi à cette tendance positive que nous continuons d’accompagner et encourager pour la qualité de vie des Havrais.

Gwennaël Allard, gérant de EDGE LH DECO
Avec mon épouse, nous sommes arrivés il y a deux ans au Havre. L’ouverture de notre boutique indépendante de mobilier, décoration et accessoires pour la maison ou pour soi-même a été très bien accueillie, y compris par les commerçants, ce que je n’avais pas vécu dans d’autres villes. J’ai adhéré à l’association de commerçants Centre Halles et rejoint les Ambassadeurs du Commerce. J’ai observé l’arrivée de nouveaux clients au Havre depuis les 500 ans : des gens s’y installent. Du coup, nous avons successivement agrandi notre boutique qui propose aujourd’hui 300 m² d’exposition. J’ajoute que nous nous sentons également accueillis par les instances locales du commerce, à la Ville comme à la CCI.

Isabelle Prat, co-présidente de l'association des commerçants et artisans Saint-Vincent
Notre association couvre le secteur très prisé de Saint-Vincent, des Gobelins et Saint-Roch. Nous comptons 80 adhérents et suscitons les synergies pour proposer des animations commerciales qui renforcent l’identité du quartier, véritable galerie commerciale à ciel ouvert. L’organisation d’événements annuels comme Saint-Vincent piéton, qui attire en moyenne plus de 30 000 personnes, contribue à l’attractivité du quartier et à son dynamisme commercial. On y célèbre une consommation locale, la qualité du service et des produits, ainsi qu’une ambiance shopping unique.

Une appli gratuite pour chasser les bonnes affaires
L’application Speedeal arrive au Havre, juste à temps pour les fêtes. Toute l’année, les commerçants vous font profiter de promotions, à condition que vous sachiez les attraper : comme le Pokémon Go, le principe est de localiser la promo et de se rendre chez le commerçant pour en profiter. Et ça marche toute l’année ! La Ville du Havre a d’ailleurs décidé de compléter les offres par des gratuités : entrées dans les musées, invitations aux spectacles, cadeaux… Lancement le 23 novembre.

Stationnement facile
Sachez que, au Havre, la première demi-heure est gratuite dans les parcs de stationnement et que vous pouvez vous garer gratuitement toute la journée du samedi dans le parking de l’Hôtel de Ville, en ville haute, et sur le parking de la plage et aux alentours. Un atout pour le shopping !