Sport
Travaux

Le stade Youri Gagarine, prochain pôle d’excellence du ballon au Havre

Le stade Youri Gagarine, prochain pôle d’excellence du ballon au Havre

Le réaménagement des 13 ha du complexe sportif en fera un pôle dédié aux sports de ballon et un espace planté et arboré ouvert sur la ville et le littoral.

Le Havre, berceau français du football et du rugby, a lancé un vaste chantier pour transformer le complexe Youri Gagarine. Inauguré au début des années 1970, il est pratiqué chaque année par plus de  200 000 usagers, 8 clubs de football, 3 clubs de rugby et plusieurs établissements scolaires. Les travaux répartis en 3 phases jusqu’en 2025 en feront une vitrine du sport exemplaire à la fois flexible, confortable et accessible aux personnes à mobilité réduite.
Côté sportif, la création de deux pôles dédiés au ballon rond et à l'ovalie prévoit l’aménagement de terrains en synthétique pour la pratique du football, du rugby, du hockey et du football américain.  Un terrain de football hybride aux normes CFA et d’autres terrains en gazon naturel pour le football, le rugby et le baseball sont eux-aussi programmés. La nouvelle organisation optimise à la fois l’espace du complexe et assure l’homologation des terrains pour des rencontres de niveau national.
Le stade Youri Gagarine se dote également de gradins, vestiaires et espaces de convivialité modernes. La première du bâtiment tribune central a été posée le 5 février. L’offre de stationnement améliorée facilitera l'accueil des automobiles et des cars. Les piétons et les modes doux seront aussi privilégiés grâce à une voirie reliant l'entrée du stade au sentier du littoral et à un circuit sécurisé pour les joggeurs.

Un projet arboré et paysager

Le futur complexe sera enfin un espace de nature et de biodiversité. Le paysagiste mandaté pour le projet de restructuration du stade prévoit en effet de reconstituer le parc arboré du site et d’en améliorer le fonctionnement écologique. Si les pins existants sont préservés, les peupliers proches de leur fin de vie seront remplacés dès cette année par 180 arbres d’une douzaine d’essences différentes puis 120 autres en phase 2. Le projet prévoit également la plantation d’environ 1 200 arbustes dès la phase 1 et d’au moins autant lors des prochaines phases. Les futurs bassins paysagers utiles à la gestion des eaux pluviales seront en outre des viviers de biodiversité.