Entretien
Circulation
Environnement
Transports
Vie associative

« Le vélo, un très bon geste barrière »

Céline Cazuc, coordinatrice, et Isabelle Bailleul, chargée de mission, association La Roue Libre
Céline Cazuc, coordinatrice, et Isabelle Bailleul, chargée de mission, association La Roue Libre
  • lehavre.fr : Comment La Roue Libre s’est-elle adaptée en temps de confinement ?

Pour l'association, née en 2013 dans l’objectif de promouvoir l’usage du vélo, le confinement a d’abord été synonyme de réflexion. Dans un premier temps, plus question de poursuivre l’activité de vélo-école auprès des enfants, adultes, seniors ou personnes handicapées, ni d’accueillir le public en ateliers de réparation ou pour l’achat de pièces. Nous avons en revanche maintenu le contact avec nos 600 adhérents via les réseaux sociaux. Au regard des besoins, nous avons alors réouvert sur rendez-vous l’atelier de réparation pour les urgences ainsi que pour l’entretien gratuit des vélos des personnels soignants. Aujourd’hui, la réouverture s’accompagne des mesures sanitaires de distanciation.

  • lehavre.fr : Comment envisagez-vous le vélo au Havre en période de déconfinement ?

Nous avons travaillé sur ce sujet, sous forme de cafés de la mobilité en visio-conférence, avec celles et ceux qui le souhaitaient. Ce travail se poursuit pour définir les besoins des cyclistes en cette période transitoire. Le confinement a aussi été l’occasion d’un webinaire national organisé par France Mobilités. Il a réuni plus de 500 élus, techniciens et associations, dont La Roue Libre, autour de la place du vélo et des aménagements en milieu urbain déconfiné, aboutissant à un guide de recommandations. Au niveau local, une même réflexion s’est engagée avec les élus et les services techniques de la Communauté urbaine : le déconfinement ne doit pas conduire à un engorgement automobile si les usagers préfèrent éviter les transports en commun. Recueillir les besoins exprimés par les cyclistes permet d’optimiser les aménagements et de faciliter la vie des Havrais et des habitants de la périphérie, sans gêner les autres modes de déplacement. Nous avons été force de proposition dans cette concertation exemplaire avec la Communauté urbaine et nos propositions d’itinéraires temporaires ont été retenues.

  • lehavre.fr : Comment allez-vous accompagner les usagers durant cette période ?

Outre la reprise progressive de nos activités au gré des directives sanitaires, nous allons poursuivre l’accompagnement et le conseil auprès de celles et ceux qui veulent se (re)mettre au vélo. En France, il est possible de multiplier par quatre la pratique du vélo utilitaire, voire huit grâce aux vélos à assistance électrique, et ce sans avoir besoin de bouleverser nos activités ni d’avoir une condition physique exceptionnelle. Aujourd’hui, 50 % des actifs ont un lieu de travail éloigné de moins de 8 km de chez eux. Beaucoup peuvent songer au vélo pour leur santé et leur porte-monnaie d’autant que de nombreux trajets sont désormais sécurisés. Nous relayons également les mesures gouvernementales* pour encourager la pratique du vélo, qu’il s’agisse de former les citoyens pour une remise en selle ou de remettre en état leur vélo : ces « coups de pouce » y aideront. Nous avons également décidé d’aller à la rencontre des habitants sur les marchés du Havre et des communes de la Communauté urbaine. Faisons-y éclore des initiatives nouvelles pour favoriser un mode de transport sain, bon pour l’environnement et qui représente le meilleur geste barrière.

* forfait de 50 € offert pour la remise en état et une première heure de formation gratuite au sein de la vélo-école : coupdepoucevelo.fr