Alerte : Tempête - Fermeture du complexe sportif Marcel Royer jusqu'à nouvel ordre au public et aux usagers pour raisons de sécurité

Fermer
Economie
Education
Environnement

L’économie positive expliquée aux enfants

LH Positive Economy Forum – Forum des enfants
Le LH Forum des enfants 2017

En ouverture de cette 6e édition, Le LH Positive Economy Forum s’est adressé, mercredi 4 octobre 2017, aux jeunes générations par le biais notamment du Forum des enfants. Un moment aussi pédagogique que rafraîchissant.

Venus des centres de loisirs de la ville, Ils étaient une petite centaine d’enfants à se retrouver sous le chapiteau du Magic Mirrors, mercredi 4 octobre 2017, pour passer une après-midi sous le signe de l’économie positive, en compagnie de Sébastien Tasserie, adjoint au Maire, chargé du Sport, de la Jeunesse et du Nautisme. Mais au fait, c’est quoi l’économie positive quand on a 10 ans ? La réponse fuse sans hésitation, derrière le doigt levé : « C’est un monde sans technologie parce que ça peut polluer la terre… C’est quand on communique avec la nature. » La préservation de la nature, justement, et notamment celle de la mer, a été le fil rouge de ce Forum des enfants. Les petits auditeurs ont été embarqués dans la formidable aventure de Plastic Odyssey, une expédition maritime, écologique et scientifique montée par Simon Bertrand, un jeune Havrais de 26 ans bourré de talent à forte valeur positive ajoutée. Tête bien faite et pied marin, Simon est un « Géo Trouve-tout » de l’énergie recyclable et recyclée. Lauréat d’un concours initié par le ministère de l’Environnement, il commence par imaginer un détecteur de pesticides à destination des consommateurs. Le projet n’ayant pu aboutir, il se lance alors dans la conception d’un capteur infrarouge capable de trier les plastiques en fonction des matières qui les composent, le but étant de les classer par type pour mieux les recycler. Les plastiques recyclables sont ensuite chauffés par pyrolyse pour se transformer… en carburant.

 8 MT de plastiques jetés chaque jour en mer

« Oui mais un carburant, ça pollue aussi ! » s’étonne judicieusement un petit écologiste déjà bien averti. Sauf que justement, celui-là, il ne pollue pas. Il serait même plutôt du genre à nettoyer les océans et leur littoral. « Aujourd’hui, 8 millions de tonnes de plastiques sont rejetés à la mer chaque jour. A chaque minute qui passe, c’est l’équivalent du poids de trois éléphants qui finit dans l’océan, explique Simon Bertrand. Nous ce qu’on va faire, c’est aller ramasser tous ces plastiques sur les côtes d’Europe, d’Afrique, d’Amérique du sud, des Caraïbes et de la Polynésie, les brûler à bord d’un bateau spécialement équipé de machines, pour les transformer en carburant qui fera avancer le navire ». Les petits n’en reviennent pas : « Et il en faut beaucoup de plastique pour fabriquer de l’essence ? » A raison d’un kilo de déchets pour un litre de carburant, on comprend vite que cette Plastic Odyssey ne sera pas un tour du monde sans escale : «  Nous en prévoyons 33 longues où nous allons organiser des collectes, des conférences avec les Universités locales et des opérations de sensibilisation auprès de la population. 33 autres, plus courtes, seront uniquement destinées au ramassage. Le but est de calculer et de collecter à chaque escale le volume de plastiques nécessaire pour faire naviguer le bateau jusqu’à l’étape suivante. »

Cap sur 2020

A la question « Quand ton bateau part nettoyer la mer ? », la réponse de Simon se veut optimiste : « En 2020, si tout va bien, nous serons prêts. ». Mais, pour un minot, cela relève d’un lointain futur : « Pourquoi c’est si long ? ». Avec des mots simples, le jeune Havrais explique qu’il faut d’abord développer les machines à trier les plastiques et à fabriquer du carburant pour qu’elles soient solides, faciles d’utilisation et pas chères afin qu’un maximum de gens puisse s’en servir partout dans le monde. « Et combien de temps va durer ton voyage ? » Selon Simon, apparemment, trois ans : c’est à la fois long et court pour faire prendre conscience aux populations rencontrées en escales que les déchets plastiques ont de la valeur si on sait bien les recycler.

Leçon de solidarité avec Les Improbables

Le Forum des enfants fut aussi l’occasion pour tous ces jeunes citoyens d’apprivoiser le concept de solidarité en compagnie des Improbables. Après quelques explications pédagogiques nourries de sketches improvisés et de grands éclats de rire, l’esprit solidaire semblait se dessiner dans les rangs : « C’est comme sur un bateau, il faut s’aider, faire les choses ensemble pour avancer. »
Et si c’était tout simplement ça l’économie positive…