Alerte : En raison de l'organisation d'une compétition, la piscine du Cours de la République sera fermée au public le dimanche 9 décembre de 9 heures à 13 heures

Alerte : En raison des conditions météorologiques, le Magic Mirrors sera fermé au public ce week-end

Fermer
Entretien
Culture

« Les séries sont des miroirs du monde dans lequel nous vivons »

Jessica Thrasher, doctorante à l'Université du Havre dont la thèse porte sur les séries télévisées, intervient lors de la 4e édition des Rencontres nationales des séries
Jessica Thrasher, doctorante à l'Université du Havre dont la thèse porte sur les séries télévisées, intervient lors de la 4e édition des Rencontres nationales des séries

Jessica Thrasher est doctorante à l’Université du Havre : sa thèse porte sur les séries télévisées. Cette Américano-britannique intervient pour la 4ème édition des Rencontres nationales autour des séries proposées du 6 au 12 décembre lors de la journée réservée aux professionnelles.

  • lehavre.fr : Quel parcours vous amène à un doctorat à l’Université du Havre ?

Jessica Thrasher : Grâce à ma double nationalité, je suis citoyenne européenne et peux prétendre à passer les concours publics français. Dans le cadre de mon CAPES en sciences humaines, mon mémoire de master m’a amenée à travailler sur les séries, notamment les comédies appelées « sitcoms » aux États-Unis. Suite à ma titularisation, ma directrice de mémoire m’a proposé de poursuivre mes travaux de recherche dans le cadre d’une thèse. C’est pourquoi je bénéficie d’un contrat doctoral avec l’Université du Havre, que je souhaite prolonger avant de me tourner vers l’enseignement supérieur en tant que maître de conférence.

  • lehavre.fr : Est-il original de travailler sur les séries ?

J.T. : C’est sans doute surprenant mais pas du tout iconoclaste puisque l’on travaille bien sur la production cinématographique dans le cadre des études culturelles. Les séries sont des miroirs du monde dans lequel nous vivons et il est passionnant de creuser ces images qu’elles apportent, qui ne sont jamais innocentes. D’ailleurs, nous sommes plusieurs chercheurs à former un réseau à l’échelle des Universités normandes à travers le GUEST, Groupe Universitaire d’Études sur les Séries Télévisées.

  • lehavre.fr : Quel sera le thème de votre intervention dans le cadre des Rencontres du Havre ?

J.T. :Je suis déjà intervenue lors de l’édition 2017 pour parler d’une série diffusée sur Netflix. Cette fois, le propos porte sur la série judiciaire The Good Wife diffusée sur une grande chaîne nationale américaine pendant sept ans, soit plus de 150 épisodes. L’héroïne est l’épouse d’un procureur emprisonné pour corruption et qui se fait embaucher comme avocate pour subvenir aux besoins de sa famille. La série est remarquable pour la qualité de son scénario et de son esthétisme.

Toute la programmation de la 4e Édition des rencontres nationales des sÉries sur serieshavre.info en cliquant ici !

Pour aller plus loin