Culture
Cérémonie
Education

L'Histoire droit dans les yeux

14e journée nationale des mémoires de la traite, de l'esclavage et de leurs abolitions
Inauguration de la plaque commémorant la mémoire de la traite et de l’esclavage au Havre, par Antoine Rufenacht, maire du Havre, le 10 mai 2009

Le 10 mai, une journée solennelle et une exposition numérique commémoreront les mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions : un pan sombre de l’histoire du Havre s’éclaire.

Reconnus par la loi républicaine comme crimes contre l’humanité en 2001, la traite négrière et l’esclavage ont, au Havre comme à Nantes, Bordeaux ou dans d’autres ports français, nourri le commerce triangulaire et fait la fortune d’armateurs et négociants : la Maison de l’Armateur, devenue musée d’art et d’histoire, est à la fois le fruit de ce commerce et le témoin d’une activité qui perdura au Havre jusqu’au milieu du XIXe siècle, soit 451 expéditions.
Comment parler aujourd’hui de ces pages sombres de son histoire ? La Ville du Havre a choisi la pédagogie. La condamnation de pratiques indignes doit aller au-delà de la simple réprobation et d’une approche réductrice. Regarder la question en face, c’est la traiter sous l’angle de la connaissance, en assumant la complexité d’une époque sans oblitérer les postures inhumaines adoptées par de nombreux acteurs locaux du commerce et de la politique.

Solennité et partage

Ainsi, plutôt que de changer le nom de rues attribuées à des personnalités controversées, la volonté de la Ville est de positionner des cartels explicatifs sous ces noms de rues afin d’aller plus loin qu’une simple mention. Depuis longtemps, le conseil municipal aide aussi l’université du Havre à organiser des colloques et à diffuser le savoir sur le commerce triangulaire : un livret pédagogique exhaustif est disponible pour expliquer aux plus jeunes les origines et le rôle du commerce des êtres humains au Havre.
Cette année encore, des manifestations solennelles sont organisées le 10 mai à 11 h devant la plaque commémorative située face au MuMa - Musée d'Art Moderne André Malraux, donnant l’occasion de découvrir le travail de collégiens et de rendre hommage aux victimes de la traite négrière. Une exposition numérique incarne l’aboutissement de ces démarches ainsi que du travail mené auprès du tissu associatif et sur les fonds conservés : à découvrir sur le nouveau site internet des Archives municipales, elle offre à chaque internaute (dont les amateurs d’histoire ou enseignants) des ressources visuelles ou écrites de référence. Riche et complexe, l’identité du Havre s’en trouve renforcée.