Ils font bouger ma ville
Solidarité

Muriel Robine, fondatrice et présidente de Cover-dressing : "S'habiller, tout simplement !"

L'association lance bienaporter.com, la première plateforme collaborative qui vous aide à vous habiller
Muriel Robine, fondatrice et présidente de Cover-dressing

Des choses utiles et évidentes restent toujours à inventer. Preuve en est avec l’association Cover-dressing, qui vient de lancer sa plateforme bienaporter.com. Le principe ? Les personnes handicapées ont besoin comme tout le monde de s’habiller… comme tout le monde.

« Tout a commencé en 2013 quand une amie s’est retrouvée en fauteuil roulant, explique Muriel Robine fondatrice et présidente de Cover-dressing. Elle a eu du mal à s’habiller et les ergothérapeutes étaient incapables de l’aider. Il n’existe rien hormis une mode spécialisée sur internet. On a fait les magasins et fini par dénicher des vêtements qui lui convenaient : faciles à enfiler, sans points de pression, etc. Je me suis rendu compte qu’on pouvait trouver mais que ce n’était pas facile ! » De là est né Cover-dressing : en s’entourant entre autres d’un ergothérapeute, d’une aide-soignante, d’une patronnière, et de nombreux volontaires pour des milliers d’essayages Muriel a commencé à développer une aide concrète pour l’habillement des personnes handicapées. « On a créé un logiciel pour analyser les vêtements en fonction de diverses contraintes, et mis en place la plateforme bienaporter.com, qui permet d’échanger sur les astuces que chacun trouvait jusqu’ici dans son coin, et de proposer le fruit des repérages effectués par les membres de l’association. On a également commencé à nouer des partenariats avec des marques, comme Darjeeling lingerie, pour qui on teste des vêtements ». Aussi stupéfiant que cela puisse paraître, cette démarche de Cover-dressing est totalement novatrice, au plan national et même international ! Si les grandes marques sont difficiles à solliciter, la sensibilisation fait partie des objectifs de l’association : « La nécessité de s’habiller, pour l’image de soi, est une évidence, ajoute Muriel. Mais on se rend compte de plus en plus que les magasins proposent du prêt-à-porter pour des corps standardisés et que très nombreux sont ceux qui ne s’y retrouvent pas d’une manière générale. Or, on est tous uniques, et c’est tant mieux ! »