Mécénat
Nautisme
Sport

"On ne s'interdit rien"

Transat Jacques Vabre 2017 - Cédric Chateau, co-skipper de Région Normandie Junior Senior by Evenex
Le Havrais Cédric Chateau (à gauche) et Olivier Cardin (à droite) s'élanceront à bord du Class 40 Région Normandie Junior Senior by Evernex lors de la 13e édtion de la Transat Jacques Vabre

A cinq jours du départ de la Transat Jacques Vabre, Cédric Chateau sur Région Normandie Junior Senior by Evernex a des fourmis dans les voiles. Malgré un changement de bateau express et un budget à découvert, le Havrais est confiant et impatient d’en découdre.

Quitte au double ? C’est à peu près le défi que les circonstances ont lancé à Cédric Chateau et Olivier Cardin, à 20 jours à peine du départ de la Transat Jacques Vabre. Fin prêts dans la préparation de leur bon vieux Pogo 40 pieds, avec un budget bien ficelé et des perspectives toutes tracées après la course, les deux marins normands n’avaient plus qu’à s’occuper du tout venant en attendant le grand départ. C’était sans compter sur le fameux coup de pouce du destin qui vient tout balayer pour vous offrir le genre d’opportunité unique à saisir… sans filet. Le fauteur de trouble s’appelle Brieuc Maisonneuve, skipper d’Evernex, un petit bijou de 40 pieds version 2016, sistership de celui qui a remporté la précédente édition de la Route du Café. Inscrit lui aussi à la Transat Jacques Vabre, l’industriel normand a dû renoncer au dernier moment pour des raisons professionnelles. Afin de ne pas perdre son sponsor avec lequel il a monté un projet jusqu’au Rhum 2018, il contacte alors le chef de projet de Région Normandie qu’il connaît et lui propose son bateau, assorti d’une équipe de préparateurs, pour courir la Transat Jacques Vabre. La seule condition est de convoyer le bateau par cargo au retour. Une coquette somme de 13 000 € que le team Région Normandie n’avait pas vraiment prévue dans son budget très serré.

Trois petits tours et puis s’en va…

Cédric et Olivier ont beau avoir le pied marin, ils les ont aussi sur terre. « On avait le choix entre notre charrue qu’on connaissait par cœur et une mobylette qu’on avait jamais enfourchée, plaisante Cédric Château. On a eu la chance de pouvoir analyser et comparer les données des deux bateaux sur des centaines de milles, assez rapidement. Il n’y avait pas photo. Le 40 pieds de Brieuc est beaucoup plus rapide, notamment par vent de travers où le nôtre pêchait beaucoup. La forme de sa carène lui permet de gagner en vitesse. On l’a vu notamment sur La Normandy Channel Race et la Rolex Fastnet Race où il nous a littéralement scotchés sur place. ».

Tout beau, tout neuf ou presque, le petit bolide ne manque-t-il pas en revanche de fiabilité à l’aube d’une Transatlantique ? « Le bateau date de 2016. En un an, il a bien été rôdé, cassant tout ce qu’il avait à casser ». En revanche, l’adaptation des skippers à leur nouvelle monture a été beaucoup plus expresse : « Si on compte, le convoyage de Cherbourg au Havre une sortie d’entraînement et une sortie photos, on comptabilise juste trois navigations à bord. On est clairement sous-entraînés mais le bateau est super bien équipé pour simplifier les manœuvres. La prise en main se fait facilement. Et puis il ne faut pas oublier qu’Olivier et moi, on vient du match race. On a l’habitude de naviguer sur des bateaux très différents, ce qui renforce notre capacité d’adaptation. »

Budget dans le rouge

Si tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes sportifs pour Cédric et Olivier, en revanche, question finances, le bas de laine blesse. « Evidemment le prix de convoyage n’était pas prévu au programme, tout comme la peinture de la déco de la coque et des voiles. En plus pour être totalement sereins, on a préféré changer les batteries. Tout ça mis bout à bout, il nous manque un peu plus de 15 000 € ». L’appel aux sponsors est lancé… Mais pour les futurs mécènes, le retour sur investissement pourrait s’avérer payant à Salvador de Bahia : « Le bateau a le potentiel pour faire quelque chose de bien. Si on arrive à déchiffrer le mode d’emploi, il peut y avoir une belle surprise à la clé. En tout cas, rien n’est interdit. »

Si vous souhaitez être partenaire de Région Normandie Junior Senior by Evernex, rendez-vous sur leur page Facebook en cliquant ici.

Pour aller plus loin