Entretien
Sport

« On peut performer dans un sport même si on n'est pas né à l'endroit privilégié »

Victor Guillermin, champion de France minimes d'escalade, 18e du Championnat du monde, Prix Pascale-Marquand de la soirée des sportifs 2019
Victor Guillermin, champion de France minimes d'escalade, 18e du Championnat du monde, Prix Pascale-Marquand de la soirée des sportifs 2019

Lors de la Soirée des sportifs havrais le 11 décembre dernier, Victor Guillermin, 14 ans, membre du club Escalad’AndCaux, a remporté le prix Pascale-Marquand, décerné par la Ville et un jury de journalistes sportifs locaux, récompensant un espoir du sport havrais. Entretien avec un jeune garçon plein d’avenir qui a remporté en 2019 la Coupe de France minimes et terminé 18e du Championnat du monde.

  • lehavre.fr : Victor, comment as-tu découvert l’escalade ?

Victor Guillermin : Au début, mes parents m’ont mis à la mer, mon père étant un windsurfeur, mais je n’aimais pas cela. Un jour, il m’a fait essayer l’escalade en milieu extérieur, et cela m’a vraiment plu. Nous avons donc regardé s’il y avait un club au Havre et j’y suis allé. Cela fait cinq ans maintenant et, d’année en année, j’ai progressé, participant à des compétitions départementales, régionales…

  • lehavre.fr : Qu’as-tu ressenti lors de ta première sélection en équipe de France ?

V.G. : C’était une très belle surprise ! Je ne m’y attendais pas, je n’avais pas participé à beaucoup de compétitions nationales avant la sélection, donc je ne connaissais pas trop mon niveau par rapport aux autres. Finalement, j’ai vu que je n’y étais pas pour rien, et cela fait encore plus plaisir quand on voit que les résultats sont là.

  • lehavre.fr : On peut imaginer qu’il n’y a pas beaucoup, en équipe de France, de sélectionnés issus de régions non montagneuses…

V.G. : En effet, la plupart viennent de Chambéry, un gros pôle. Il n’y a aucun autre Normand ! Mais cela montre qu’on peut performer dans un sport même si on n’est pas né à l’endroit privilégié. Il faut juste avoir la motivation !

  • lehavre.fr : Quel est ton meilleur souvenir de cette année ?

V.G : C’est la qualification pour les demi-finales du Championnat du monde. Ca a été incroyable pour moi de me dire que j’allais y participer ! Sur le coup, ça m’a paru lunaire, j’étais vraiment super heureux !

  • lehavre.fr : En dehors de l’escalade, tu mènes une vie normale de collégien ?

V.G. : Oui, je suis en 3e au collège des Ormeaux. Et je me débrouille pour faire mes devoirs le soir pour vite aller m’entraîner. Mon père a installé un mur d’escalade dans le garage, je peux donc m’entraîner autant que je veux et quand je veux ! La bonne nouvelle est qu’il va y avoir un très beau mur construit bientôt dans la salle prévue à Danton.

  • lehavre.fr : Comment vois-tu ton avenir dans le sport ?

V.G. : Comme tout sportif, je pense que le graal du graal est un jour d’accéder aux JO. Surtout en escalade, il y a peu de places.

  • lehavre.fr : Tu viens de recevoir le prix Pascale-Marquand. Que ressens-tu ?

V.G. : Je ne m’y attendais pas ! Ce n’est pas tout le temps que des grimpeurs sont récompensés ! Cela fait vraiment plaisir de voir qu’il y a la Ville derrière qui supporte, qui suit, et que, même tournée vers la mer, elle sait aussi regarder derrière les montagnes.