Nautisme

Plongée au cœur des vacations de la Transat Jacques Vabre

Transat Jacques Vabre 2017 – Le Havre-Salvador de Bahia
Au cœur des vacations de la Transat Jacques Vabre

Il est 5 heures, Paris s’éveille… C’est une journée "presque" comme les autres dans la capitale. Les quais près de Boulogne pour être précis. Un petit groupe d’irréductibles s’apprête à prendre contact avec le cœur de l’océan… Olivia Maincent et Pierre-Marie Bourguinat, les journalistes, Marie-Charlotte Pacaud et Soazig Guého, les attachées de presse, font ce que l’on appelle les "vacations" pour la Transat Jacques Vabre 2017: ils contactent les marins en pleine mer pour une immersion totale dans les entrailles d’une course au visage profondément humain. Décryptage.

Les vacations de cette édition 2017 de la Transat Jacques Vabre ont commencé le 6 novembre. Elles se font en deux temps. La vacation dite du matin, aux environs de 5 heures heure française, et celle de « l’après-midi », à 11 h 30. Mises en place en 1978 pour la première Route du Rhum, à l’origine pour des raisons de sécurité, elles se sont rapidement installées, devenant un outil de communication indispensable permettant de raconter autrement l’extraordinaire parcours des marins de course au large. Au bout du fil, les skippers, comme autant d’âmes au cœur de l’Atlantique, semblent beaucoup plus proches. Et l’improbable échange devient une simple conversation, technique, intime, sincère.

Autopsie d’une journée de vacation du PC Presse de la Transat Jacques Vabre 2017 :

4 h 30
  • Arrivée de Pierre-Marie Bourguinat. Avec Olivia Maincent, ils forment le tandem de redacteurs qui écrit pour le site de la Transat Jacques Vabre - version française, et réalise les deux vacations de la journée. Pour l’instant, Pierre-Marie est chargé de celle de matin. "Après m’être préparé l’indispensable café, je regarde le dernier classement et j’étudie les faits de course. On scrute la cartographie qui détaille les emplacements de chaque bateau, leurs vitesses, pour imaginer quels pourraient être leurs stratégies immédiates, et préparer les questions à poser durant la vacation."  La vacation du matin consiste à appeler les premiers des quatre classes de bateaux engagés dans la course.
  • Quelques minutes plus tard : arrivée de Marie-Charlotte Pacaud. Elle gère, avec la responsable presse Soazig Guého, les relations avec les médias. Elle, aussi, est "du matin" sur ce temps. "Dès mon arrivée, je me fais chauffer de l’eau pour mon thé. Chacun son truc ! Ensuite je consulte l’ensemble des mails qui m’ont été envoyés la veille. On travaille en équipe avec Soazig et Anne (Millet, directrice associée de 1001 Vagues, l’agence mandatée par l’association Transat Jacques Vabre pour couvrir l’événement et en assurer les relations presse). Comme nous sommes en horaires décalés, je vérifie qu’elles ne m’ont pas laissé de messages avec des points d’alerte précis. Je me penche sur la carto, consulte le CP (Communiqué de Presse) de la veille. Pierre-Marie m’envoie les messages de la nuit". Ces messages ne sont autres que ceux envoyés par mail par les marins à la direction de course. Quelques mots écrits parfois dans la difficulté des remous et des vagues, qui traduisent une situation, une sensation, un moment dans la vie du skipper. Ces messages sont également postés sur le site officiel. Diffusion du dernier classement sur les réseaux sociaux officiels de la Route du Café : Marie-Charlotte et Pierre-Marie sont prêts pour la première vacation de la journée.
5 h 14
  • Appel de Laurent Yonker, de la société 6eme Sens, qui assure la partie technique et met en relation le PC Course avec les concurrents, hors d’atteinte de toute connexion "classique".  Après chaque session de vacation, Laurent réalise un montage de ces "sons", fournis ensuite à Marie-Charlotte pour envoi d’une alerte aux radios qui souhaiteraient diffuser ces capsules dans leurs matinales. Ces montages sont également mis en ligne sur le site officiel et accessibles pour le grand public.  
5 h 15
  • Après avoir détaillé la liste des 4 premiers de chaque classe de bateaux engagés, Pierre-Marie est mis en relation avec le leader des Ultimes. Si le leader ne répond pas, le deuxième est contacté, etc. "Pendant la vacation, je retranscris les propos des skippers, en brut. Cela servira ensuite à PM pour la rédaction du communiqué de presse. C’est lui le maître !". Malgré l’heure matinale, l’enthousiasme dû et ces instants d’exception ne faiblit pas. "Si nous n’étions pas encore totalement réveillés, poursuit Pierre-Marie, la vacation se charge de le faire ! C’est très dynamique, très vif. C’est génial !"
    Où l’on s’attendrait uniquement à des propos techniques et tactiques, les marins prennent des nouvelles d’autres concurrents, se réjouissent d’un meilleur sommeil et de leur bonne entente avec leur co-skipper, et remercient bien souvent pour ce coup de fil du continent. De l’humain, rien que de l’humain !
6 h
  • Après avoir apporté quelques corrections et effectué les traductions si nécessaires, Marie-Charlotte renvoie les mots des skippers à Pierre-Marie, pour alimenter le CP sur lequel il travaille.
6 h 15/6 h 30
6 h 30/7 h
  • Envoi du communiqué de presse du matin et mise en ligne sur le site officiel. L’objet du CP est de détailler la course et les événements qui viennent de se produire. En plus de cette présentation, le document comporte des liens actifs vers les capsules sonores et les mots des skippers. Ces "messages de la nuit" sont mis en ligne dans la rubrique Actualités du site Internet.
  • Lorsque le CP est envoyé, PM et MC étudient la liste des concurrents à appeler pour la vacation de l’après-midi, à 11 h 30. "L’objectif est de contacter les skippers que l’on n’a pas ou peu réussi à joindre jusqu’alors, ceux qui n’ont pas répondu à la vacation du matin, ou ceux qui, via un mail, formulent tout simplement la volonté d’être appelés." Cette liste est répartie par tranches de 3 demi-heures, puis envoyée aux marins pour qu’ils se préparent à être appelés sur un créneau horaire défini à l’avance.   
7 h 30
  • Pierre-Marie commence à rédiger l’analyse de la course. Il étudie de nouveau la cartographie et le classement des skippers, leurs trajectoires. Le but est de raconter - "de deviner, d’imaginer" - ce qu’ils font, en fonction de la météo, pour réaliser un décryptage purement sportif. Les connaissances et compétences nautiques de Pierre-Marie - par ailleurs marin - sont ici une précieuse matière pour décrire et détailler des faits de course.
8 h 30
  • Arrivée de Soazig Guého, responsable presse. Pile à l’heure pour réceptionner le bulletin météo du spécialiste Richard Silvani, qui décrit précisément les conditions sur les zones de l’Atlantique où les bateaux sont localisés.
9 h
  • Après les publications de 5 h, Marie-Charlotte diffuse le dernier classement de la flotte sur les comptes Twitter et Facebook officiels. Ces classements tombent toutes les 4 heures.
  • Arrivée d’Olivia Maincent. Journaliste spécialisée dans l’univers de la voile, navigatrice amateur, elle est le parfait binôme de Pierre-Marie sur cette édition 2017. Son rituel d’arrivée est assez proche de celui de PM. Ce jour, avant la vacation de l’après-midi, elle prépare un article sur le routage, pour la rubrique Sillages du site Internet.
9 h 30
  • Le météorologue Richard Silvani est appelé afin de faire une lecture des cartes météo en direct. Sylvie Viant, directrice de course, est également présente.
  • Arrivée de César Dupuis, le Community Manager de la Transat Jacques Vabre. Il commence une journée qui sera longue, ayant la charge d’animer l’ensemble des réseaux sociaux officiels de la course : Facebook, Twitter, Instagram, Youtube, Dailymotion.  
11 h 30

La fin de la journée sera studieuse pour l’ensemble de l’équipe médias de la Transat Jacques Vabre. Le "duo dans la course" du matin, Marie-Charlotte et Pierre-Marie, éteindra les ordinateurs aux environs de 14 h, au moment de la diffusion des sons de la deuxième vacation sur le site officiel par Laurent Yonker. De longues heures de rédactionnel et de relations médias attendent encore Olivia, Soazig, Anne et César. Pourtant ce rythme parisien ne pourra être comparé à celui du Brésil.

Depuis ce jour de vacations de début novembre, toute l’équipe médias a migré vers l’Ouest et a pris ses quartiers à Salvador de Bahia pour ne rien manquer de l’arrivée des skippers. Chacun se doit – et les émotions vécues font que la motivation redouble – d’être présent dès qu’un bateau rallie la côte brésilienne et arrive à bon port. Les premiers ont déjà franchi la ligne d’arrivée. L’objectif au Brésil est le même qu'en France : faire vivre en direct l’une des plus belles courses au large existantes, avec vérité et humanité.

Olivia Maincent et Pierre-Marie Bourguinat sont à la manœuvre lors des vacations de la Transat Jacques Vabre 2017
Olivia Maincent et Pierre-Marie Bourguinat sont à la manœuvre lors des vacations de la Transat Jacques Vabre 2017 /
© Jean-Louis CARLI / ALeA / TJV17
Syvlie Viant, la directrice de course de la Transat Jacques Vabre 2017
Syvlie Viant, la directrice de course de la Transat Jacques Vabre 2017 /© Jean-Louis CARLI / ALeA / TJV17
Soazig Guého est le contact privilégié pour l'ensemble des médias qui couvrent la Transat Jacques Vabre 2017
Soazig Guého est le contact privilégié pour l'ensemble des médias qui couvrent la Transat Jacques Vabre 2017 /
© Jean-Louis CARLI / ALeA / TJV17