Culture
Un Été au Havre

Plus de 550 000 personnes pour accompagner les Géants !

Un Eté au Havre / Franciscopolis, par Royal de Luxe
La rencontre du Petit Géant Noir et du Géant en Scaphandrier, le Royal de Luxe au Havre du 6 au 9 juillet 2017

La venue des Géants du Royal de Luxe aura été incontestablement l’événement de cet été au Havre. Trois jours de magie qui auront vu évoluer dans les rues – outre deux fabuleux Géants – entre 550 000 et 650 000 spectateurs.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Le Havre sait accueillir ses Géants ! Il faut dire que l’histoire qui unit la ville et les personnages démesurés du Royal de Luxe est une véritable saga : une aventure familiale et affective née en 1993. « Les Géants ont vu le jour au Havre ! » s’exclame Jean-Luc COURCOULT, fondateur, auteur et mettre en scène de la compagnie. C’est en effet en terre havraise que Le Géant [est] tombé du ciel et est apparu pour la première aux yeux du monde il y a 24 ans. Pour ouvrir une nouvelle page de ce conte et célébrer ces liens indéfectibles, quoi de plus normal que de voir revenir le « Grand Géant » ? Dans sa tenue de scaphandrier, il est venu rendre hommage à toute une ville et célébrer les 500 ans de la cité maritime et de son port. Il est apparu comme dans un rêve près du bassin fluvial, au cœur des quartiers Sud et tout près de la demeure où a vécu Jules Durand, pour un hommage à l’histoire du Havre. Au même moment, le Petit Géant redécouvrait la Porte Océane et posait sur le front de mer et le public venu l’accueillir, son regard malicieux de jeune garçon.

Quand tout une ville vit et rêve aux rythmes des Géants

Le reste est histoire de magie et d’émotion, et se raconte difficilement. Pourtant, aux lendemains du départ du Petit Géant sur un bateau guidé par le mythique Marie-Fernand (un cotre-pilote construit au Havre en 1896, présent lors des Grandes Voiles, du 31 août au 3 septembre prochain), et après l’immersion extraordinaire du Géant en scaphandrier dans le bassin de l’Eure, tous ne parlent que de ces trois jours où le réel s’est mêlé à l’imaginaire et où une ville entière a vécu aux rythmes des Géants. Il y a eu des larmes de joie, de la tendresse, des cris de stupéfaction, des applaudissements et de la fascination pour ces personnages à l’attitude si humaine. Il suffit de se souvenir du regard posé par le Scaphandrier sur le Petit Géant pour ressentir de nouveau le frisson de ces instants. Ces trois jours, c’est la mémoire collective d’une cité et une histoire qui continue de s’écrire entre le Royal de Luxe et Le Havre. Et il y a, déjà, le manque, et l’attente du retour prochain des Géants dans la ville que les a vus naître.

Pour aller plus loin