Astuce : Inscription aux colis de noël à partir du mardi 07 novembre 9h au samedi 26 novembre 2017

Astuce : Réalisez votre inscription à "Découvrez le sport" sur Hariane.fr pour les vacances de la Toussaint à partir du mardi 10 octobre, 9 h

Fermer
Culture
Un Été au Havre

Smart Factory : l’exposition dont vous êtes le héros

Un Eté au Havre / Smart Factory au Tetris
Smart Factory au Tetris, l'œuvre ADA de Karina, Smigla-Bobinski

Dans le cadre d’Un Eté au Havre, le Tetris vous propose de faire une expérience sensorielle et créative unique. Entrez dans la Smart Factory et devenez les muses ou les artistes de 7 œuvres interactives. Une exposition à vivre absolument !

Il vous arrive de trouver l’art contemporain difficile d’accès ? Déambuler dans un musée en simple spectateur vous ennuie ? Smart Factory est faite pour vous ! Cette exposition interactive et évolutive se propose de questionner le rapport du public à l’art, mais également la place de l’artiste dans un monde de plus en plus influencé par les machines et la technologie.

Au cœur du Tetris, pôle de création, découvrez des installations en perpétuelle élaboration, soit par des robots ou… par vous-même ! Devenez le temps d’une visite d’exception, le modèle ou l’auteur de créations d’un nouveau genre au sein de ce qui est une véritable usine autonome d'œuvres d'art. Bienvenue dans le laboratoire de la Smart Factory !

Œuvres choisies, commentées par les artistes

ADA, de Karina Smigla-Bobinski
  • C'est quoi ?
    Une pièce à l’origine immaculée dans laquelle une énorme sphère de 3 mètres de circonférence hérissée de fusains va flotter et « griffonner » l’espace au gré des mouvements des visiteurs. ADA, est un hommage à Ada Locelace (1815 – 1852), fille du poète Lord Byron, mathématicienne visionnaire et pionnière de la science informatique qui a imaginé une machine analytique et est à l’origine du tout premier programme informatique.
  • Ce qu’en dit l’artiste.
    « En général, dans un musée, les gens n’ont pas le droit de toucher. Ici, c’est le contraire : il faut oser toucher le ballon pour le faire bouger. Le travail porte davantage sur le mouvement du corps et ses interactions avec ce qui l’entoure que sur une construction mentale et intellectuelle. ADA, c’est aussi ne machine à dessin qui repose sur le code binaire informatique : le "0" c’est la sphère, le "1", le fusain. Le dessin final, ce sera la mémoire des mouvements des corps. »  
As We Are Blind, de Véronique Béland
  • C’est quoi ?
    Une  installation interactive qui dresse une photographie sensible de votre aura. Vous posez votre main sur des capteurs tactiles qui mesurent votre activité électrodermale (rythme cardiaque, température de la peau, pression de la main) et élaborent votre cartographie émotionnelle. Un programme informatique transpose cette cartographie et imprime une couleur, celle de votre aura. De la même manière, ce système génère une composition musicale jouée sur un piano mécanique, la musique de votre aura.
  • Ce qu’en dit l’artiste.
    « Je m’intéresse à l’invisible. Ici, c’est "l’invisible humain". Des capteurs révèlent les flux d’énergie de chacun. Il n’y a pas de bon ou de mauvais aura, pas de lecture ésotérique. Juste un lien entre couleur et son. Le piano mécanique, c’est une musique sans pianiste, une autre notion de l’invisible. L’œuvre interactive se construit au fil des tirages photos de l’aura des visiteurs, exposées dans l’espace de cette installation. »
Instant Art Career, de Niklas Roy
  • C’est quoi ?
    C’est l’œuvre de Smart Factory qui met le plus en perspective le rôle du spectateur et du créatif. Une installation mécanique à 100 % : une toile, des pinceaux, des poulies pour activer le tout et créer votre tableau, tout seul ou à plusieurs. La question de la production du spectateur est au cœur l’exposition, mais son niveau d’implication est différent s’il est artiste, acteur ou modèle. Et pour pousser le principe jusqu’au bout, à la fin de l’exposition, les toiles seront vendues aux enchères.
  • Ce qu’en dit l’artiste.
    « Le propos de cette installation porte davantage sur la création des spectateurs que sur le dispositif en lui-même. L’idée est de prendre le contre-pied d’une phrase assez répandue dans les musées, lorsque le visiteur se dit, en voyant un tableau, « je peux en faire autant ! ». Allez-y ! Grace à un système de cordes et de poulies, la toile est à vous. Ne vous reste plus qu’à devenir vous-même un artiste à part entière. »