Entretien
Sport

Thierry Uvenard : "L’objectif de l’équipe féminine est de monter en division 1 le plus vite possible"

Entraîneur de l'équipe féminine du HAC Football
Thierry Uvenard à l'entraînement avec les joueuses de l'équipe féminine du HAC Foot

En tête du championnat régional de Normandie et qualifiée pour les ¼ de finale de Coupe de France avec l'équipe féminine du HAC Foot qu'il entraîne, Thierry Uvenard, également ex-joueur et entraîneur de l’équipe masculine, fait un point sur les résultats actuels et sur les objecfifs qui lui ont été fixés à moyen terme. Entretien.

  • lehavre.fr : Quelle est votre feuille de route ?

Thierry Uvenard : Même si l’objectif n°1 du club reste l’accession en Ligue 1 de notre équipe masculine, l’objectif de l’équipe féminine que je dirige est de monter la saison prochaine en division 2 puis en division 1 le plus rapidement possible pour aller "titiller les meilleures", selon l’expression employée par mon Président… A savoir les équipes de l’Olympique Lyonnais et du PSG qui dominent le championnat français et figurent régulièrement parmi les meilleures équipes européennes.

  • lehavre.fr : Que dire des résultats actuels de votre équipe ?

T.U. : Après une quinzaine de matchs, l’équipe est en tête du championnat régional de Normandie sans avoir encore connu de défaite cette saison. Nous avons la chance de pouvoir nous reposer sur une ossature de huit jeunes joueuses américaines particulièrement performantes dont le niveau pourrait leur permettre de jouer en première division. Elles sont venues poursuivre leurs études universitaires en France à la demande du nouveau président de nationalité américaine, un pays où le soccer féminin est le premier sport collectif. Profitant de cet apport qui aide l’ensemble du collectif à progresser, nous essayons de pratiquer un football spectaculaire, résolument tourné vers l’offensive. L’accession à la division supérieure se décidera en mai à la fin du championnat lors de deux matchs de barrage, rencontres capitales pour lesquelles nous nous préparons tout au long de la saison. Et nous sommes toujours en lice pour la Coupe de France. Après avoir passé victorieusement 7 tours dont 3 contre des équipes de division 2, nous nous préparons à affronter le 15 avril à 14 h 30 au Stade Océane en ¼ de finale l’ASJ Soyaux-Charentes, une équipe classée 6e de première division. Il faut que le public vienne en nombre pour soutenir nos filles ! J’espère aussi que les "Kop Ciel et Marines" et des "Barbarians Havrais" se mobiliseront pour pousser l’équipe à se transcender !

  • lehavre.fr : Quelles sont les différences essentielles entre football féminin et football masculin ?

T.U. : La Fédération Français de Football (FFF) compte aujourd'hui 160 000 féminines licenciées. Sur le plan économique et financier, ce sont deux mondes incomparables. Les salaires sont très loin de la parité puisque la meilleure joueuse française doit toucher 30 000 € par mois. Sur le plan du jeu, les filles ont quasiment les mêmes aptitudes que les hommes. La plupart du temps, les équipes féminines sont très tournées vers l’attaque et les parties se terminent souvent sur des scores importants. En raison des différences physiologiques, le football féminin va moins vite en intensité et en rythme et comporte moins de duels physiques. Moins tricheuses que les hommes, les femmes sont très sensibles à la qualité technique collective et assurent un beau spectacle !

  • lehavre.fr : Existe-t-il une méthode particulière pour entraîner une équipe de femmes ?

T.U. : Non, je n’ai pas beaucoup varié mes méthodes d’entraînement. Je continue à proposer cinq séances hebdomadaires pendant lesquels je mets en place les mêmes exercices techniques et les mêmes tactiques qu’avec les garçons. En cas de problèmes, je m’efforce de rester toujours à l’écoute de mes joueuses en cherchant toujours à arrondir les angles plutôt que d’aller au conflit. J’ai accepté ce projet pour tirer vers le haut le foot féminin au Havre. A terme, nous espérons pouvoir créer un centre de formation exclusivement féminin.

  • lehavre.fr : Attendez- vous avec impatience la Coupe du Monde Féminine de la FIFA™, France 2019 ?

T.U. : Oui ! Accueillir une Coupe du monde au Havre est presque inespéré pour un amoureux du ballon rond comme je le suis ! Notre ville recevra en juin et juillet sept matches sur la pelouse du Stade Océane, dont un huitième et un quart de final ! Pour la ville, berceau du football français et terre de formation reconnue dans le monde du football, c’est une fierté et un symbole fort qui contribuera au développement de ce sport féminin. Nous serons tous derrière l’équipe de France qui joue parfaitement son rôle de locomotive et occupe aujourd’hui le sixième rang du classement mondial féminin de la FIFA.