Culture
International

行和象 "Formes" exposée dans le campus de Sciences Po

Le Havre célèbre ses liens historiques avec la Chine
L'oeuvre de l'artiste chinois Yiming Min exposée à Sciences Po Le Havre

En plus d'une exposition de broderies venues du Musée Moderne de Dalian à l'Abbaye de Graville, la Ville du Havre présente la sculpture 行和象 Formes, dans le campus de Sciences Po, afin de célébrer le Nouvel an chinois (le vendredi 16 février 2018), mais aussi ses liens historiques avec la Chine.

L'œuvre monumentale 行和象 Formes, de l'artiste chinois de renommée internationale Yiming Min (né en 1957), a été installée le jeudi 8 février 2018 dans le hall du campus Europe-Asie de Sciences Po. Cette sculpture en résine surmontée d'oiseaux de porcelaine, inspirée de La Victoire de Samothrace exposée au Louvre, avait été offerte par l'artiste au maire du Havre en 2014. Son installation à Science Po était une évidence et un souhait de Luc LEMONNIER puisque les Chinois composent la première nationalité étrangère représentée dans cette grande école du Havre et que la langue chinoise y est la plus enseignée.

"Le Havre entretient des liens très étroits avec la Chine et la ville de Dalian en particulier depuis plus de 30 ans. Les échanges culturels sont fréquents, comme la dernière exposition Napoléon Bonaparte dans les collections publiques havraises au Musée Moderne de Dalian, et nous partageons aussi nos savoirs dans le domaine de la santé, de l’éducation et de la gastronomie. Entretenir un dialogue des cultures avec cette grande civilisation fait la fierté de notre ville tournée vers le monde", explique en effet le maire du Havre et président de la CODAH.

Une œuvre symbolique

Outre cette représentation des liens historiques entre Le Havre et la Chine, 行和象 Formes est une œuvre symbolique. La Victoire de Samothrace est une déesse de la mythologie grecque, art occidental. La porcelaine porte l’essence de la civilisation orientale. Les avant-toits chinois ont été introduits dans la forme des ailes de la déesse, et les petits oiseaux dressés sur les ailes, une envolée, sont un respect de l’harmonie.

In fine, l’œuvre reprend les codes de l’architecture chinoise qui a la signification du respect au ciel, les tours et les pagodes font de leur mieux pour se fondre dans l’harmonie de la nature. Les avant-toits chinois, souvent courbés, relient la terre au ciel, tout comme les ailes.

Pour aller plus loin