ÉPIDÉMIE CORONAVIRUS COVID-19

Conformément aux décisions du Gouvernement, tous les événements programmés en présentiel sont annulés ou reportés jusqu’à nouvel ordre, sauf mention contraire.
Exposition

Comme ça

Exposition en vitrine

Du 11 mars au 11 mai 2021 - Artothèque ESADHaR

Cette exposition de Jade Moulin interroge l'intérêt porté sur des choses qui peuvent paraître inutiles voire inexistantes pour certains. Peut-être dans le but de leur redonner une valeur aux yeux des autres, ou simplement par peur qu'elles disparaissent si nous n'y faisions pas attention. Cette chose qui nous échappe, en évolution perpétuelle : l'expérience du quotidien.

L'exposition

De part l'observation du réel et de ce qu'il a de plus anecdotique, Jade Moulin extrait et prélève différents éléments qui prennent sens. Le banal, le quotidien, Maurice Blanchot le définissait ainsi ; l'indétermination. Cette chose qui nous échappe, en évolution perpétuelle ; l'expérience du quotidien. Celui-ci n'existe que dans la mesure où on lui prête ce regard, à condition que l'on accepte de le reconnaître. À la manière de natures mortes, elle transpose au travers de la peinture, de la sculpture ou de la photographie une réalité qui lui est propre.

Il s'agit pour l'ariste de forcer le regard sur ces choses que l'on ne regarde plus, trouvant une poésie dans cette banalité, dans cette image du sensible que l'on choisirait sans justification. Car il ne s'agit pas là de reproduire fidèlement les choses, mais de s'attacher aux rapports que nous entretenons avec elles de manière sensible.

En raison de la crise sanitaire du Covid-19, cette exposition ne sera visible qu'en vitrine depuis l'extérieur.

L'artiste

Jade Moulin est née en 1995 à Saint-Lô.

Après l'obtention de son DNSEP à l'ESADHaR de Rouen en 2017, elle obtient la Bourse Arts Visuels de la ville de Rouen qui l'emmènera à Cleveland, dans l'Ohio. Elle y produira pendant plusieurs semaines une série de photographies émanant de son quotidien sur place, de ce travail résultera une édition.

Elle effectuera également une résidence à la Galerie l'H du Siège à Valenciennes, ou encore à l'Institut Français du Maroc de Tanger ; elle se nourrit de cette mobilité pour enrichir son travail.