Dans le cadre de l'épidémie de Covid-19 et des mesures sanitaires mises en place par le Gouvernement, la présentation d’un pass sanitaire est désormais obligatoire pour assister à certains évènements. <Plus d’infos>

Exposition
Un Été au Havre

Exposition Théo Mercier, Nécrocéan

Dans le cadre d'Un Été au Havre

Du 26 juin au 26 septembre 2021 - Le Portique centre régional d’art contemporain du Havre

Le Portique accueille l'artiste Théo Mercier, dont la pratique s'étend du champ des arts plastiques au spectacle vivant, questionnant le mouvement, le flux et la mutation. Transformation d'un monde en mouvement perpétuel. L'exposition Nécrocéan est un voyage mystérieux, qui exhume des objets, les inscrivant dans un nouveau cycle organique. Ce sont des spécimens hybrides, qui, loin d'être des vestiges et des ruines d'une civilisation disparue, attestent du processus de métamorphose qui opère pour toute espèce, tout matériau. Rien ne disparaît, tout se transforme...

Issues d'un travail mené avec des artisans du Sud du Mexique, les œuvres, spécialement conçues pour l'exposition havraise, révèlent de nouvelles formes. Sauvés des poubelles de Mexico, pneus, chaises, bouteilles en plastique, par le geste artistique, prennent de nouveau vie et corps. Théo Mercier en fait la syntaxe de son langage poétique et artistique.

Avec le mot-valise « Nécrocéan », l'artiste raconte l'histoire que transportent ces objets, les traditions et traces culturelles dont ils sont les héritiers, mais également le chemin effectué par les œuvres acheminées, du Guerrero, où travaillent les artisans, jusqu'au Havre. L'exposition évoque l’univers de la mer comme invitation au voyage, mais aussi et surtout comme espace de transfert et de la circulation des matières, des marchandises, des objets et des déchets que l'on appelle parfois le continent plastique. L’exposition raconte et traverse cette question complexe de la mondialisation et de la mer comme lieu-transfert, un lieu où tout est permis et tout est contrôlé à la fois. « Cela raconte l’océan qui sépare le Mexique de la France, l'endroit où les objets circulent, vivent, meurent et s’éternisent. C'est aussi une manière de parler concrètement du processus de production « à distance » et transatlantique propre à ce projet que j'ai spécifiquement pensé pour Le Havre. L’endroit où le travail est montré et la manière de le produire sont pour moi des sujets en soi ; c’est pour cela que je tiens à imaginer dès que possible des pièces spécifiques pour les lieux qui m’invitent».