Exposition
Un Été au Havre

Fat Car d'Erwin Wurm

Un Été au Havre 2019

Du 29 juin au 22 septembre 2019 - Hôtel Dubocage de Bléville - Musée

Tout droit sortie d’un cartoon !

La Fat Car est stationnée dans l’enceinte de l’Hôtel Dubocage de Bléville, ancien hôtel particulier transformé en musée, situé dans le cœur historique du Havre, quartier Saint-François. Elle occupe la cour du bâtiment, où sont également implantées 26 chaises réalisées par le sculpteur québécois Michel Goulet.

Magicien des formes, des volumes et des proportions, l’artiste autrichien Erwin Wurm a donné à cette automobile des formes qui la situent quelque part entre l’orgueil exacerbé… et la barbe-à-papa ! Sa voiture grasse possède tous les atours d’un véritable véhicule, avec une carrosserie grise, métallisée, semblable aux modèles les plus communs en circulation. Mais ses courbes obèses et ses sièges joufflus, couleur chair, expriment la démesure des sociétés industrielles où l’homme semble exister par la surconsommation…

Erwin Wurm, sculpteur né en 1954 - Vit à Bruck An Der Mur, Autriche

Formé à la Kunstakademie de Vienne, Erwin Wurm s’inspire autant de Fluxus que de la dérision Dada pour dénoncer, avec une légèreté mêlée de gravité, un quotidien illusoire et l’incongruité de nos existences.

Sculpteur à l’origine, il s’inspire, dans ses dessins, photographies et vidéos, de nos rapports avec les objets usuels dont il détourne l’usage. Erwin Wurm libère les objets de leur contexte familier et leur donne un sens hors du commun.

L’oeuvre d’Erwin Wurm s’inscrit dans le champ des questionnements de la sculpture contemporaine : une sculpture qui délaisse les moyens et les techniques traditionnels. Dans ses expositions, il exhibe des voitures déformées, ramollies, gonflées, ou le burlesque, le loufoque transgresse leurs valeurs symboliques de richesses ou d’appartenance sociale en des objets ayant subi des effets de filtres du logiciel Photoshop.

Erwin Wurm aime défier les règles et les habitudes de la sculpture. Il réinterprète les objets et les situations du quotidien en bouleversant nos repères. Les objets ainsi détournés de leur fonction et l’incongruité des situations mises en scène par Erwin Wurm suscitent le rire du spectateur, en écho à l’humour de l’artiste. Ces images drôles, inquiétantes et absurdes, se révèlent également être le symptôme de la pensée critique de l’artiste.