Cérémonie

Pose d'une plaque commémorative sur l'église Saint-Joseph

75e anniversaire du Débarquement et de la Libération du Havre

Le 6 septembre 2019 à 18:00 - Eglise Saint-Joseph

Au regard des terribles jours qui ont conduit à la libération du Havre, l'église Saint-Joseph reconstruite a été conçue par ses architectes, Raymond Audigier et Auguste Perret, comme un mémorial aux victimes des bombardements. A l'occasion du 75e anniversaire du Débarquement et de la libération du Havre, une plaque commémorative dédiée aux 3000 victimes des bombardements alliés les 5 et 6 septembre 1944 sera posée sur cet édifice en présence de Jean-Baptiste Gastinne, Maire du Havre.

« Dédiée à saint-Joseph, érigée au milieu des ruines, la nouvelle église sera le monument élevé à la mémoire des morts si nombreux de cette grande cité héroïque » Extrait du discours de Fernand de Plinval, Président de la Société coopérative, prononcé lors de la pose de la première pierre le 21 octobre 1951.

En octobre 1947, Raymond Audigier, architecte havrais, est désigné de manière tacite par la société coopérative de la reconstruction immobilière des églises et édifices religieux sinistrés de la Seine Inférieure, pour la reconstruction de l’église Saint-Joseph détruite par les bombardements de septembre 1944. Il conçoit un avant-projet avec une tour lanterne pour « ajouter au caractère paroissial de l’église celui d’un mémorial, en souvenir de tous ceux qui sont restés sous les décombres ». Mais en 1950, c’est Auguste Perret qui va être chargé de cette reconstruction, assisté de Raymond Audigier.

Faisant valoir « le statut de sanctuaire et de mémorial des victimes pour la mise en place de crédits supplémentaires », Perret va retravailler son projet d’église tour de 1926 conçu pour la basilique Sainte-Jeanne d’Arc à Paris, et faire de l’église Saint-Joseph le signal d’une ville qu’elle structure et rassemble à l’image du plan centré à partir duquel  l’espace intérieur s’organise, tout entier conçu pour la rassemblement des fidèles autour de l’autel.

Cette église va devenir le lieu de l’œuvre testamentaire d’Auguste Perret, et aurait dû être également celui de sa dernière demeure car il souhaitait y être enterré, comme il était d’usage pour les architectes bâtisseurs. 

Ces souhaits n’ont pas été exhaussés mais la  « spatio-coloriste » Marguerite Huré a orchestré ce vitrail comme une partition d’est en ouest, liant couleur et musique dont les claustras donnent le rythme et la mesure, composant un « poème symphonique » avec 12 768 pièces de verre antique aux 50 nuances, décliné en hommage à celui qui lui a offert une des œuvres majeures de la reconstruction.

Cet édifice emblématique a été classé au titre des Monuments Historiques le 29 janvier 2018.

Une plaque commémorative sera posée sur cet édifice le vendredi 6 septembre 2019 à 18 heures en présence de Jean-Baptiste Gastinne, Maire du Havre.