Exposition

Rencontre Franco-Danoise : un aller-retour

Du 3 au 27 mai 2019 - CEM - Centre d'Expressions Musicales

Yvan Le Soudier est un artiste bien connu du milieu artistique havrais et, dans le cadre de son travail, en compagnie d’un certain nombre d’artistes « amis » de la région havraise, il propose au CEM, une exposition sous la forme d’un échange aller-retour entre plasticiens.

Concept

"Le projet est né du désir d’accueillir et d’aller rencontrer d’autres plasticiens dans d’autres pays. Cet échange prend la forme de deux expositions communes, une ici au Havre, l’autre chez eux". Pour résumer cette proposition, Yvan Le Soudier en indique les grands principes : "Nous invitons des plasticiens d’un pays (3 en principe) et nous réalisons, au Havre, une exposition commune. C’est ce que l’on peut appeler « l’aller ». "

En « juste » retour, les plasticiens accueillis organisent une exposition commune dans leur pays, dans un lieu public ou privé.

Ces échanges ont déjà eu lieu avec l’Allemagne, le Maroc, la Tchéquie, la Corée, la Moldavie, la Macédoine et le Royaume Uni. En 2019, sont d’ores et déjà programmés des allers-retours en Slovaquie, Serbie et Hongrie.

Également avec le Danemark et pour cette fois, c’est au CEM que cela se passe !

En compagnie de Martin Askholm, Lars Heiberg, Rasmus Danø, (tous trois vivent et travaillent à Copenhague), Patrice Delaune, Myriam Feuilloley et Yvan Le Soudier

Vernissage le vendredi 3 mai à 18h.

Participent à cet échange

Danemark :

  • Martin Askholm (1967), a fait ses études à l'Académie royale des beaux-arts du Danemark. Il est l'un des représentants les plus présents de la peinture pop contemporaine et du graphisme. Il s’est aventuré dans de nombreux styles allant de l’abstraction géométrique, au colorfield et au minimalisme. Dans tous les styles, c'est la maîtrise technique et le mélange entre brutalité et beauté qui transportent l'univers de l'art de Martin Askholms.
  • Rasmus Danø (1974), diplômé de l’Académie Royale Danoise des arts en 2001, son travail consiste à peindre, créer des supports artistiques imprimés, des dessins, des sculptures et installations. En complément, il programme des expositions et enseigne l’art contemporain.
     
  • Lars Heiberg (1969) : ses dessins «modèles» évoluent autour de la nostalgie des 70 avec ses magazines et secrets «interdits». Dans le dessin "Pin-up", Heiberg a utilisé les images des magazines des années 70. Les oeuvres sont un affrontement entre les rêves de l'enfance et un monde abstrait où le corps, la couleur et la surface sont déformés et imbriqués les uns dans les autres.

France :

  • Patrice Delaune (1950) : faire ce qu’il doit, chercher sans cesse sa vérité au milieu de n’importe quoi. Se raconter une histoire improbable, solitaire mais jamais seul. Se mettre face à l’instant et attendre qu’il veuille bien parler.
     
  • Myriam Feuilloley (1960) : le sujet de Feuilloley, c’est l’humain. Les créatures nées de son imagination féconde sont toujours nues et sans cheveux. « Tout ce qui appartient aux modes, donc les vêtements et les coiffures, est écarté de ma représentation, dit-elle». Ainsi Feuilloley se libère du réel, suscite l’émotion ou le rire, en quête d’une dimension symbolique de l’être.
     
  • Yvan Le Soudier (1950) : plasticien, voyageur, auteur de livres et voyeur du quotidien. S’est fixé, pour cause de guerre et de père, un pied sur le sol normand tandis que l’autre cultive l’instabilité en se baladant.