Rendre à la nature les falaises et le plateau de Dollemard

La Ville du Havre et ses partenaires ont pour projet de rendre à la nature les falaises et le plateau de Dollemard, et ainsi valoriser ces espaces naturels et paysagers remarquables du Havre.

© Alexander Ischchenko

Les falaises et le plateau de Dollemard font partie, comme la forêt de Montgeon, l’estuaire de la Seine ou le parc de Rouelles, des entités naturelles et paysagères remarquables du Havre qu’il est nécessaire de préserver et de valoriser. En effet, ce site abrite de nombreuses espèces animales et végétales typiques des falaises de craie de Seine-Maritime. C’est pour cela qu’elles ont été classées « Espace Naturel Sensible » depuis le Cap de la Hève jusqu’à la limite nord du Havre. L’ensemble des falaises et du littoral de la côte d’Albâtre, en plus d’être soumis à la loi littoral, font également l’objet d’un classement « Natura 2000 » visant à préserver ces milieux uniques de tout aménagement minéral.
Ces espaces ont fait l’objet pendant des décennies de pratiques privées qui ont fortement dégradé ce patrimoine naturel : décharges non autorisées, urbanisation sauvage, aménagements illégaux, stockage de déchets…

La Ville du Havre a donc pour projet avec ses partenaires de rendre à la nature l’ensemble du site des falaises de Dollemard en :

  • Réhabilitant le site naturel des anciennes décharges en pied de falaises ;
  • Supprimant les divers aménagements privés pour restaurer les milieux naturels sur le plateau ;
  • Permettant à chacun de profiter de ce patrimoine naturel sur un sentier piéton longeant le littoral ;
  • Facilitant l’accès au plateau de Dollemard par une piste cyclable et piétonne passant par le stade Gagarine.

Le site des anciennes décharges de Dollemard fait ainsi l’objet d’une étude opérationnelle visant à définir techniquement la méthode qui sera mise en œuvre pour réhabiliter le pied de falaises.
Le projet sur le plateau de Dollemard fait quant à lui l’objet d’une Déclaration d’Utilité Publique pour permettre à la Ville du Havre et au Conservatoire du littoral de devenir propriétaires des différentes parcelles privées et ainsi pouvoir assurer une gestion écologique de l’ensemble de cet espace naturel d’ici 2022.
Grâce aux acquisitions amiables réalisées depuis le début du projet, la Ville du Havre est désormais propriétaire d’environ 40% des espaces. L’ensemble des parcelles nécessaires au projet sera acquis en 2019. Les premiers tracés des cheminements naturels ainsi que la gestion écologique par renaturation, ou éco-pâturage, par exemple, pourront être mis en œuvre dans le courant de l’année 2020.