Alerte : En raison de l'organisation d'une compétition, la piscine du Cours de la République sera fermée au public le dimanche 9 décembre de 9 heures à 13 heures

Alerte : En raison des conditions météorologiques, le Magic Mirrors sera fermé au public ce week-end

Fermer

Un décor qui inspire la littérature, le cinéma et la musique

Perspectives graphiques, décors modernistes, dimensions humaines et esthétiques à la fois, Le Havre est une ville d’eau et de lumière qui stimule un imaginaire artistique fort. Fondée par François Ier et magnifiée par Claude Monet, Le Havre est plus que jamais terre d'inspirations.

© MuMa Le Havre / Florian Kleinefenn

Placée à l’embouchure de la Seine, voie d’évasion et chemin vers Paris, Le Havre a inspiré les plus grands artistes. De célèbres peintres, tels que William Turner, Eugène Boudin, Gustave Courbet, Claude Monet, Camille Pissarro, Georges Braque, Othon Friesz, Raoul Dufy, Henri de Toulouse-Lautrec, Maurice de Vlaminck, etc. ont séjourné au Havre pour y capter l’intensité de sa lumière. Claude Monet a peint en 1872 au Havre son célèbre tableau. Le 29 janvier 1906, un groupe de collectionneurs et d’artistes dont Georges Braque, Othon Friesz, Raoul Dufy, a fondé le Cercle de l’Art moderne, qui a permis à ces peintres havrais d’exposer dans leur ville. Guillaume Apollinaire, Claude Debussy et Frantz Jourdain apportèrent également leur parrainage à l’association. Leurs expositions, au rythme de quatre par an, accueillent les premiers impressionnistes, les néo-impressionnistes mais aussi les jeunes fauves (Matisse, Derain, Van Dongen, Vlaminck, Manguin), faisant du Havre, là-encore, l’un des hauts lieux de ce courant alors émergent. A quelques pas de l’endroit où Monet a peint Impression, soleil levant, le MuMa, Musée d’Art moderne André Malraux héberge la deuxième collection impressionniste de France, après celle du Musée d'Orsay à Paris.

© Laurent Lachèvre

Ces peintres de la lumière ont ouvert la voie à de nombreux autres artistes, photographes et cinéastes, désireux de fixer les couleurs si particulières et la lumière exceptionnelle du Havre, auxquelles la ville doit cet attachement, de Renoir à Kaurismäki, en passant par Georges Méliès, Jean Vigo, Marcel Carné, Juliet Berto…

© Erik Levilly

L’atmosphère singulière de cette station balnéaire a également inspiré de nombreux écrivains. C’est au Havre que se forgea le concept d’existentialisme, sous la plume de Jean-Paul Sartre. Terre d’écrivains, Le Havre a vu naître Raymond Queneau, Bernardin de Saint-Pierre, Casimir Delavigne, et d’autres plus contemporains à l’instar de Philippe Huet, Philippe Garnier, Marie-Aude Murail, ou encore Guillaume Le Touze, pour qui Le Havre demeure un port d’attache. Inspirés par leur terre natale, ils sont nombreux à avoir puisé dans leur environnement comme source d’inspiration, pour faire de la cité Océane le théâtre de leurs récits et donner vie aux protagonistes de leurs intrigues. En cœur de ville, le lycée François Ier a accueilli de grands écrivains : Raymond Aron, Georges Limbour, Raymond Queneau et Armand Salacrou y furent élèves, tandis que Jean-Paul Sartre y enseigna la philosophie à l’époque où il écrivit La Nausée.

© Philippe Bréard

Un nombre important d’œuvres de la littérature classique évoque Le Havre : Honoré de Balzac et son Modeste Mignon, La Force de l’âge de Simone de Beauvoir, Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert, mais aussi Pierre et Jean de Guy de Maupassant, ou encore La Bête humaine d’Emile Zola. Aujourd’hui, l’atmosphère particulière de la ville, ses lumières, son environnement portuaire, son architecture et son passé, continuent d’inspirer, jusqu’à Maylis de Kerangal qui plonge sa plume dans la rapidité urbaine d’un Havre plus rock’n’roll.

Sont également associés au Havre, par leurs racines, leur passage, ou leurs écrits Benoît Duteurtre, Louis-Ferdinand Céline, Jean Dubuffet, Michel Leiris, Henry Miller, Christophe Ono-Dit-Biot, Pascal Quignard, Georges Simenon, Stendhal, Jean Rollin, Jean-Christophe Rufin, François Vallejo, Jérôme Soligny…

Coups de projecteurs

L’histoire du cinéma s’écrit avec Le Havre. Avec sa lumière incroyable, ses multiples facettes offrant une variété de décors naturels, urbains, industriels, Le Havre est une ville de cinéma où sont accueillis de nombreux tournages. Le baiser et la réplique les plus connus du cinéma français, « T’as d’beaux yeux tu sais », où Jean Gabin enlace Michel Morgan, ont été tournés sur les quais brumeux du Havre. L’ambiance portuaire avait auparavant inspiré Georges Méliès, l’inventeur du cinéma, ou encore Jean Renoir. La célèbre actrice française Sophie Marceau a choisi Le Havre pour ses premières réalisations. Le réalisateur Lucas Belvaux a choisi de situer au Havre l’action de 38 témoins (2012), adaptation cinématographique du roman de Didier Decoin Est-ce ainsi que les femmes meurent ? En 2011, Aki Kaurismäki voyait sélectionné en compétition au festival de Cannes son film Le Havre.