Alerte : La piscine du Cours de la République sera en fermeture technique du lundi 17 février au dimanche 1er mars.

Fermer
Proximité, propreté

Frelons asiatiques et abeilles

Frelons asiatiques

Détecté en France en 2004, le frelon asiatique est une espèce invasive dont la prolifération est un sujet d’inquiétude pour la filière apicole et l’équilibre de la biodiversité. Excepté par autodéfense, il n’est pas agressif envers l’homme.

Lorsqu’elle survient, la piqûre est douloureuse mais pas plus toxique que celle d’un frelon européen ou d’une guêpe. Le risque peut être conséquent pour les personnes allergiques ou pour les personnes intervenant dans l'entretien d'espaces verts car les colonies peuvent compter de très nombreux individus et les attaques peuvent être massives. C'est pourquoi, il faut être vigilant lorsque le nid est à hauteur d'homme ou proche d'une habitation.

Le frelon asiatique est facile à distinguer de son cousin européen. Il est plus petit (entre 1,7 et 3 cm) ; l'extrémité de ses pattes est jaune, son thorax est entièrement noir et son abdomen présente des segments bruns bordés d'une bande orangée.

Pour lutter le plus efficacement contre l’espèce, la destruction des nids « primaires » formés au printemps est essentielle car les femelles y pondent de nouvelles colonies d’ouvrières. Ces nids sont généralement de la taille d’une orange, et situés dans divers abris (rebord d’un toit par exemple). Lorsque le nid primaire devient trop étroit, la colonie peut se délocaliser vers un nid secondaire, construit à un emplacement plus dégagé et plus élevé.

En automne, avec la tombée des feuilles, les nids de frelons asiatiques construits l'été en haut des arbres deviennent visibles. Mais l’ensemble de la colonie meurt l’hiver venu. Un nid vide n’est jamais recolonisé mais peut persister pendant plusieurs mois après la disparition de la colonie.

Vous pensez avoir détecté un nid ? Dans tous les cas, n’intervenez pas vous-même ! Ce type d’initiative augmente le risque d’attaque collective de la colonie et favorise la dispersion des reines qui recréeront d’autres nids. Le piégeage est également vivement déconseillé car il présente un risque important pour les populations d’insectes locales.

Contactez la plateforme départementale au 02 77 64 57 76.
Un interlocuteur spécialisé vous donnera la marche à suivre et, si besoin, vous dirigera vers des intervenants utilisant des produits et méthodes de destructions agréés. Le passage par la plateforme conditionne la participation du département à hauteur de 30%, plafonnée à 30 €, du coût de la destruction du nid actif de frelons asiatiques. Le coût de destruction d’un nid sur domaine privé est à la charge du propriétaire.

Vous pouvez également remplir un formulaire de contact et trouver toutes les informations utiles sur le site de la plateforme www.frelonasiatique76.fr.

Abeilles et installation de ruches

Du fait de l’absence de traitements agricoles, les villes sont devenues des zones refuges pour un certain nombre d’insectes pollinisateurs (abeilles, bourdons, papillons, etc…). Il a cependant été constaté que si elle dépasse un certain nombre de ruches, l’apiculture en ville favorise la présence de l’abeille « domestique » au détriment des pollinisateurs « sauvages » pour la recherche de fleurs à butiner, leur source de nourriture. C’est pourquoi, la Ville du Havre n’encourage plus l’installation de nouvelles ruches en ville sur ses espaces afin de préserver la diversité des pollinisateurs dits « sauvages ».

Cependant, si vous avez pour projet d’installer une ou plusieurs ruches en ville, aucune démarche n’est nécessaire auprès de la Ville du Havre. Vous devez toutefois respecter la règlementation suivante :

  • les ruches installées dans des propriétés non closes devront se situer à 10m minimum des voies publiques et 5m au moins des habitations ;
  • ces distances ne sont pas nécessaires en cas de mur, palissade ou haie de 2m de haut minimum et couvrant au moins 2m de chaque côté de la ruche ;
  • avoir déclaré ses ruches auprès du Ministère de l'agriculture en suivant ce lien ;
  • afficher son numéro apicole (obtenu sur la base de sa déclaration ci-dessus) sur un panneau signalant la présence des ruches à 3m minimum de celles-ci ;
  • avoir déclaré ses ruches auprès d’une assurance.

Par ailleurs, l’élevage de l’abeille noire normande est encouragée car celle-ci est une espèce locale à préserver.

Pour tout conseil ou question, vous pouvez également contacter le SAHN, Syndicat Apicole Régional ou le CIVAM, Centre d'Initiation et de Vulgarisation de l'Apiculture Moderne. Ces deux structures pourront également vous orienter vers un apiculteur local en cas de signalement de nid d’abeilles afin de récupérer l’essaim plutôt que de le faire détruire par une entreprise.