Astuce : Inscription aux colis de noël à partir du mardi 05 novembre 9 h au samedi 23 novembre 2019

Fermer

Les Ateliers Louis Richard - Collections French Lines

© Philippe Bréard

Un écrin pour le patrimoine des compagnies maritimes françaises

Fondée en 1896 par l’ingénieur alsacien Heilman, l’usine de la rue Louis Richard est initialement prévue pour fabriquer une locomotive thermoélectrique appelée « la Fusée ». Rachetée en 1898 par la société américaine de matériel électrique Westinghouse puis en 1920 par la Compagnie électromécanique, elle devient une des plus grosses firmes du Havre de l’entre-deux-guerres. L’activité des Ateliers se concentre alors sur les moteurs pour avions, locomotives et tramways. Fermé en en 1960 et reconvertie en entrepôts et en ateliers pour la Ville du Havre, l’usine est représentative du patrimoine industriel de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, que l’on trouve surtout dans les régions de Rouen et du Havre.

En 2014, les travaux de réfection permettent d’offrir des locaux plus fonctionnels à l’association French Lines, créée en 1995 pour mettre en valeur le patrimoine des compagnies maritimes françaises, notamment celui hérité de la Compagnie Générale Maritime et de la Société Nationale Maritime Corse Méditerranée. Ses archives rassemblent 80 000 images, 600 films et affiches, 300 maquettes de bateaux et pas moins de 25 000 pièces d’art de la table. Ses pièces les plus remarquables sont classées au Patrimoine National de France. 

Mieux conserver et mieux valoriser les chefs-d'oeuvres de la French Lines. C'est pour cela que la Ville du Havre - très impliquée et désireuse de transmettre son histoire et patrimoine maritime - a proposé à l'association French Lines d'emménager dans les anciens ateliers Louis Richard. Les travaux se sont concentrés sur la rénovation de l'aile nord des ateliers Louis Richard entre mars et août 2014 : réfection totale de la couverture du bâtiment, cloisonnement coupe-feu entre les zones de stockage et la nef (appelée rue intérieure), création de locaux sociaux, de bureaux et de sanitaires, mise en conformité électrique, remplacement de la chaudière, création d'un ascenseur, installation de système de télésurveillance et d'une alarme anti-incendie.

A noter que les archives, photographies et films historiques de la French Lines sont accessibles au public en consultation mais que ses réserves, au coeur des ateliers Louis Richard, ne sont pas visitables.