Alerte : Dans le cadre des travaux sur la passerelle bois du parc de Rouelles (RD 6382), des finitions sur la passerelle auront lieu mercredi 13 mars, induisant une neutralisation de la voie de gauche sur les 2 rives. La circulation sera perturbée de 9h30 à 16h30.

Fermer
Culture
Education

DÉMOS renoue avec le collectif

Après une année « blanche », les élèves du Dispositif d’Éducation Musicale et Orchestrale à vocation Sociale (DÉMOS) reprennent le rythme avec entrain pour, à terme, former un véritable orchestre symphonique.

Pour les 90 élèves volontaires de CE2 de six écoles havraises situées en quartiers prioritaires, la longue période de confinement aurait pu freiner l’envie de prolonger l’apprentissage d’un instrument de musique. Il n’en est rien. Malgré la distance, qui a évidemment brisé l’effet de groupe essentiel au plaisir de jouer ensemble, les enfants ont pu continuer de s’entraîner à la maison grâce aux tutoriels et exercices préparés par leurs professeurs du conservatoire Arthur Honegger. Certains en ont même profité pour enregistrer des morceaux et les partager, comme Jeanne avec sa clarinette. Depuis le 14 septembre, les ateliers de groupe ont repris à la plus grande joie de tous, petits musiciens comme encadrants. Ces derniers avaient craint de « perdre » le bénéfice de la dynamique engagée depuis octobre 2019.

Repartir sur de bonnes bases

Fondé sur l’aventure collective, DÉMOS propose, gratuitement sur 3 ans, l’apprentissage d’un instrument classique à des élèves de primaire n’ayant jamais fait de musique. En cette rentrée, deux ateliers collectifs hebdomadaires d’1 h 30 dans chaque école, dont un hors temps scolaire, permettent à nouveau aux petits musiciens de se familiariser avec l’instrument mis gratuitement à leur disposition dans le cadre du dispositif.
Aujourd’hui en CM1, les jeunes talents n’ont plus que deux ans pour réaliser l’objectif de jouer tous ensemble en orchestre à la Philharmonie de Paris. Heureusement, l’appétit d’apprendre ensemble est intact. Bientôt les « tutti », moments de répétition où tous les groupes se rassemblent, vont reprendre. L’espoir est de pouvoir se produire dès la fin de l’année scolaire dans un concert public au Havre qui permettra à tous, dont les familles, de constater combien la musique aura contribué à l’épanouissement de nos jeunes apprenants. Le tout à leur rythme, sans aller plus vite que la musique.

La clarinette, sans prise de bec
L’orchestre symphonique est formé des quatre familles d’instruments : cordes, bois, cuivres et percussions. Huit des quinze élèves du dispositif DÉMOS à l’école Théophile Gauthier ont choisi la clarinette, les 7 autres le basson, deux instruments de la famille des bois. Toutes les sortes de clarinettes tirent leur origine du chalumeau, vieil instrument français du Moyen-Âge. Mais l’invention de la clarinette proprement dite revient à un facteur allemand, à la fin du 17ème siècle. Quant au nom, il vient de la clarine, une petite trompette. Au début du 19ème siècle, l’instrument se modernise en positionnant notamment l’anche (la partie vibrante) du bec sur la lèvre inférieure du musicien. Elle y gagne une gamme chromatique complète. Démontable en de nombreux éléments mobiles, l’instrument peut servir à des registres très différents, de l’aigü au grave. La clarinette est utilisée dans les principaux styles musicaux : baroque, classique, romantique, moderne, contemporain, jazz ainsi que folklorique (balkanique, bretonne, turque…) ou traditionnel.