Alerte : Vigilance circulation : depuis sa réouverture le 30 avril 2024, le pont Jean-Jacques Rousseau, à l'entrée du Havre, est désormais interdit aux véhicules de plus de 3,5 tonnes.

Fermer
Culture
Solidarité

Des cinéastes en herbe filment leurs aînés

Avec l’aide d’une réalisatrice professionnelle, 27 élèves de CM2 ont réalisé un film qui parle des aînés. Les Bobines du Havre déroulent avec tendresse et professionnalisme un regard inédit sur la vie passée et actuelle de sept résidents en EHPAD. Isabelle Nanty en est la marraine.

Publié le 16/05/2022

Clap de fin sur un projet démarré en février et qui, en l’espace de quelques semaines seulement, a permis d’aboutir à un véritable film composé de sept courts-métrages entièrement réalisés par des élèves de CM2.

Tout est né de la rencontre entre Ninon Bretecher, comédienne, metteuse en scène et réalisatrice de documentaires, et la classe de CM2 de l’école Stendhal. « J’avais parlé à la Ville du Havre d’un projet un peu fou à l’époque, en pleine crise Covid-19, d’un film qui donnerait la parole à ceux que l’on entend rarement, à savoir les enfants et les aînés. » Pour la scénariste, il semble évident que ces deux « populations » sont faites pour s’entendre, toutes deux adeptes de rythmes différents de ceux des ados ou des actifs. Emballés par le projet qui propose d’éduquer à l’image et au cadrage des enfants qui seront amenés à utiliser les supports numériques tout au long de leur vie, les services municipaux accompagnent cette initiative comme tout autre projet de tournage professionnel : autorisation d’occupation du domaine public, mise à disposition de salle municipale… Ҫa tourne !

Tranches de vies

La proximité avec la résidence pour personnes âgées Desaint-Jean facilite la poursuite du projet. « Après avoir enseigné aux élèves comment manier la caméra, réaliser des plans, choisir des axes, ils ont formé des petits groupes autonomes pour le cadrage, le son et la régie, en alternance, moi-même étant responsable du montage final », explique Ninon Bretecher. Les sept héros et héroïnes se prêtent alors au jeu cinématographique en racontant leurs vies à travers le choix d’un lieu du Havre qui a compté pour eux : funiculaire, cinéma Normandy, bassin du Commerce forment quelques-uns des décors de ce voyage dans le temps, et mis en musique grâce au concours de Guillaume Paul, créateur d’une bande-son très années 70, à la fois enlevée et nostalgique.

L’enthousiasme des élèves pour cette première expérience comme réalisateurs est contagieux. Il a notamment touché la comédienne Isabelle Nanty, adorée des enfants et qui le leur rend bien : « Je trouve ce projet havrais formidable. Je n’ai pas hésité une seconde à en devenir la marraine, et je serai très fière de visionner le film avec toutes celles et tous ceux qui ont contribué à sa réalisation. » Elle est donc la marraine du film qui sera présenté aux parties prenantes en mode grand écran le 3 juin.