Alerte : En raison de l'organisation d'une compétition, la piscine du Cours de la République sera fermée au public le dimanche 9 décembre de 9 heures à 13 heures

Alerte : En raison des conditions météorologiques, le Magic Mirrors sera fermé au public ce week-end

Fermer
Ils font bouger ma ville
Culture

Max Obione, auteur, éditeur et cinéaste : "Je sens au Havre une jeunesse, de la créativité dans tous les domaines"

Max Obione, auteur, éditeur et cinéaste : "Je sens au Havre une jeunesse, de la créativité dans tous les domaines"

Max Obione ne réside que depuis trois ans au Havre… Et pourtant la Porte Océane l’habite depuis l’enfance. Surtout, il s’en est fait, depuis de nombreuses années, un ardent promoteur au travers de ses nouvelles, ses romans et ses films.
A côté de sa carrière dans la magistrature des comptes, Max Obione a toujours nourri une passion pour la littérature. Grand lecteur devant l’Eternel, il a commencé à écrire une fois la retraite en vue. « Jeune auteur tardif », comme il aime à se désigner, il a à son actif une centaine de nouvelles et une douzaine de romans, de veine surtout noire. Son dernier opus, Les Amours noires, sorti au printemps dernier, raconte une enquête journalistique sur deux crimes au cœur de la diaspora bretonne du Havre.
C’est loin d’être la première fois que Le Havre l’inspire. Depuis sa première visite, enfant, dans les années 50 pour visiter le paquebot Liberté, Max n’a jamais cessé de se sentir attiré et de venir au Havre, jusqu’à s’y installer en 2015. « Je ressens ici une vitalité, un dynamisme, une jeunesse, explique-t-il, et de la créativité dans toutes sortes de domaines, en théâtre, en musique. » Et ses écrits, aussi souvent que naturellement, ont pris la ville pour cadre. Un recueil de nouvelles, Reine des neiges, sorti en 2016, est composé uniquement d’histoires havraises. Mais pas seulement : Max Obione est aussi cinéaste et ses trois courts-métrages ont été tournés ici, bien entendu. Le premier, Jean et Nelly, en hommage à Quai des brumes, comme le deuxième, Elle hache ! (prix des Ancres noires en 2017) et le dernier sorti en novembre, Bad Game. « Le Havre est une ville de cinéma, car elle est graphique en centre-ville, mais labyrinthique à Sanvic, et démesurée dans le port », dit-il. Autre violon d’Ingres, l’auteur-réalisateur est à la tête d’une maison d’édition associative ayant deux activités : Horsain, pour les livres papier, et Ska pour l’édition numérique. Boulimique et prolifique, Max est loin d’en avoir fini avec la création comme avec Le Havre : un quatrième film et un nouveau roman sont en chantier, ainsi que des nouvelles.

Consultez le blog de Max Obione - Ça déblogue un max ! en cliquant ici.