Alerte : L'aire de jeux de la Bouteillerie au parc de Rouelles est fermée pour travaux du 22 novembre 2021 jusqu'en mars 2022

Alerte : En raison des intempéries et afin de préserver les surfaces gazonnées, les terrains de la ville du Havre seront fermés aux entrainements du mardi 7 décembre 2021 au vendredi 10 décembre 2021 inclus

Fermer
Portrait
Culture

Vicente Luna, un voyage musical

Depuis l’Espagne jusqu’au Havre, Vicente Luna, le nouveau chef de l’Orchestre d’Harmonie du conservatoire Arthur Honegger, nous raconte son périple musical à travers le monde.

  • lehavre.fr : De vos débuts à l’école de musique de Santa Pola en Espagne jusqu’au conservatoire Arthur Honegger du Havre, il y a un long chemin. Pouvez- vous nous raconter votre parcours ?

Vicente Luna : En Espagne, les enfants découvrent la musique en intégrant de petites écoles dans leur ville natale, et rêvent d’intégrer un jour un orchestre. C’est comme cela que je suis tombé amoureux de mon instrument, le tuba. J’ai vite réalisé que la musique était plus qu’un loisir pour moi, c’est pourquoi j’ai intégré le conservatoire supérieur d’Alicante pour y poursuivre mes études. Entre temps, j’ai rencontré le tubiste de l’orchestre de Bordeaux lors d’une de ses master class en Espagne. Il m’a proposé de le rejoindre à Perpignan, et c’est ainsi que je suis arrivé en France. Quelque temps après, je suis entré au conservatoire de Versailles, et c’est à Paris que j’ai débuté mes études de direction d’orchestre à l’École normale supérieure. Mon amour pour le répertoire romantique allemand m’a ensuite conduit jusqu’en Allemagne.

  • lehavre.fr : Vous avez également dirigé un orchestre de jeunes au Guatemala…

V.L. : J’ai participé au projet vénézuélien, El Sistema, dédié aux enfants des rues. J’ai intégré ce projet au Guatemala pendant deux ans pour diriger l’orchestre des jeunes. Je suis ensuite revenu en France pour rejoindre le conservatoire de Rungis, où je suis professeur de tuba et où je dirige aussi un ensemble, ainsi que les conservatoires de Levallois-Perret et Paris XIII, où je suis aussi professeur d’orchestre et de tuba.

La dernière étape de mon voyage a commencé cet été lorsque j’ai passé le concours pour prendre la direction de l’Orchestre d’Harmonie du Havre.

  • lehavre.fr : Après toutes ces années de pèlerinage musical, pourquoi avoir choisi Le Havre comme nouvelle étape ?

V.L. : En France, la culture des orchestres d’harmonie est assez confidentielle, cependant celui du Havre est exceptionnel. Il y a ici une tradition que l’on ne retrouve pas ailleurs dans le pays, c’est donc un projet très intéressant pour un chef d’orchestre. Tout le monde en France, dans notre milieu, connaît l’orchestre de la Ville du Havre. Nous allons, cette année, représenter la France au championnat d’Europe des orchestres d’harmonie.

  • lehavre.fr : Votre rôle de chef de l’Orchestre d'Harmonie au Conservatoire est aussi un nouveau défi pour vous. Quels sont vos projets et vos envies au sein de cette structure ?

V.L. : Je voudrais que Le Havre soit le centre névralgique qui fédère les orchestres d’harmonie en France. Je veux porter ce projet pour faire découvrir l’orchestre sur notre territoire et au-delà. Il faut décloisonner cet univers musical singulier, et faire participer d’autres secteurs culturels havrais en intégrer du théâtre, de la danse et même de la littérature à nos travaux… Il est important que toutes ces disciplines vivent ensemble.

Mon principal défi reste le championnat d’Europe. Nous sommes tous très motivés et beaucoup de moyens sont mis en œuvre. C’est quelque chose d’exceptionnel pour un orchestre d’harmonie. Cela me tient à cœur de défendre le programme musical choisi par mon prédécesseur qui inclut notamment des œuvres de compositeurs normands. C’est important de mettre en avant ce patrimoine artistique local.

  • lehavre.fr : Après presque deux ans privés de représentations scéniques, le retour sur les planches doit être une véritable joie pour vous et vos musiciens. Quels seront vos prochains rendez-vous avec le grand public ?

V.L. : Ces derniers mois ont été compliqués. Nous ne pouvions jouer qu’en formations réduites, donc avec nos 85 musiciens, c’était mission impossible. Nous reprendrons les concerts le 30 janvier 2022 au théâtre de l’Hôtel de ville avec un spectacle dédié aux bijoux. Tous les concerts que nous donnerons après nous permettront de nous préparer au championnat d’Europe, qui se déroulera les 21 et 22 mai à Amiens.

Nous nous représenterons en mars au Havre, mais aussi le 30 avril au théâtre de l’Hôtel de ville, pour un échange avec l’Orchestre d’Harmonie de Benais – La Chapelle-sur-Loire.

  • lehavre.fr : Si vous deviez choisir un lieu havrais qui inspire votre travail, lequel choisiriez-vous ?

V.L. : La plage est un endroit magnifique, cela me rappelle un peu ma ville natale et mes racines. C’est mon lieu favori ici au Havre. Je suis fils de pêcheur et j’entretiens une relation privilégiée avec la mer.