Une métropole maritime étonnante

POURQUOI LE HAVRE ?

Les Havrais entendent souvent leurs connaissances, collègues, amis…, mal positionner leur ville sur une carte, lui reprocher un temps pluvieux, les plaindre de vivre dans une ville industrielle… Et pourtant, quand vous découvrez Le Havre, c’est un autre décor qui se révèle sous vos yeux.

© Patrick Boulen

Plus grande ville de Normandie, "LH", comme on dit ici, est située à 2 heures de Paris. C’est une ville à la modernité radicale. En 2005, un coup de théâtre a bouleversé son sort : le centre reconstruit par Auguste PERRET après la Seconde Guerre mondial est reconnu patrimoine mondial de l’UNESCO.
Lumineuse, aérée, dynamique, Le Havre est un véritable royaume de la plaisance. 1er port de croisière de la façade atlantique, 1er port français pour les trafics conteneurisés, Le Havre est aussi une station balnéaire. Rares sont les villes de plus de 180 000 habitants où il suffit de traverser un boulevard pour aller profiter d’une plage. Orientée sud-ouest, longue de plus de deux kilomètres en centre-ville, desservie par le tramway, la plage du Havre offre de nombreuses possibilités de distractions et de divertissements.

© Philippe Bréard

Véritable institution, 700 cabanes de plage apparaissent sur les galets de la plage à partir du mois d’avril. Conçues lors de l'émergence des bains maritimes pour préserver les bonnes mœurs autant que pour se protéger du froid, elles font aujourd’hui partie du patrimoine culturel havrais, et sont pour leurs propriétaires, l’espace de l’été, une véritable maison secondaire les pieds dans l'eau !
Après une balade le long de la promenade et des jardins créés par le paysagiste Alexandre Chemetof, les promeneurs peuvent profiter de la vingtaine de restaurants présents sur le front de mer de la mi-mars à mi-septembre, avec une vue imprenable sur l’horizon.

© Erik Levilly

La baie du Havre est un décor insolite pour faire de la voile, entre les porte-conteneurs, ferrys, paquebots alignés dans la rade et les majestueuses falaises de la Côte d’Albâtre qui laissent deviner, plus loin, les reliefs de la célèbre arche d’Etretat (renommée "Aiguille creuse" par le romancier Maurice Leblanc). Grâce au développement de ses infrastructures, Le Havre offre aux plaisanciers assoiffés de mer et de culture, un plan d’eau surprenant et inattendu. Le Havre est aussi un "spot" particulièrement propice, selon la houle, à la pratique du windsurf, kitesurf, speed-sail, body-board, stand-up paddle, skimboard, surf, wakeboard, aviron…

© Laurent Bréard

Entre Le Havre et les paquebots, l’histoire d’amour ne date pas d’hier. Dès le XIXe siècle, la Compagnie Générale Transatlantique était la ligne phare de l’Europe vers les Etats-Unis. La ville respirait au rythme des départs et des arrivées (Le Normandie, Le France). De la moitié du XIVème siècle jusqu’aux années 70, le Havre a vécu un demi-siècle de relations transatlantiques. Ce développement a contribué à son statut de "ville monde". Aujourd’hui, le mot "docks" continue de faire vagabonder l’esprit de tous les habitants vers l’imagerie portuaire. Aujourd'hui, l’accueil de navires de croisières est une activité particulièrement florissante du port du Havre. Mai et septembre sont les mois les plus chargés de la saison. Les plus grands armateurs inscrivent une escale havraise sur leurs parcours nord-européens ou transatlantiques (Cunard, MSC Croisières, Royal Caribbean International, Costa Croisières). En 2015, 95 escales ont été accueillies, 126 en 2016, et 148 sont programmées en 2017. En 2016, 280 000 passagers étaient attendus et ont profité de 10 navires en escale inaugurale : Ovation of the Seas, Viking Sea, Koningsdam, Nation Geographic Orion, Disney Magic, Mein Schiff 5, Monarch, Amadea, Norwegian Star et le tant attendu AIDAprima en escale 35 fois.

L'association French Lines a pour mission la mise en valeur du patrimoine des compagnies maritimes françaises, notamment celui hérité de la Compagnie Générale Maritime (CGM) et de la Société Nationale Maritime Corse Méditerranée (SNCM), elles-mêmes héritières de la Compagnie Générale Transatlantique™ et de la Compagnie des Messageries Maritimes™.
Depuis janvier 2016, la Ville, qui accompagne et soutien l’association, lui a proposé d’être hébergée dans les ateliers Louis Richard, le site offrant de bien meilleures conditions de conservation. La French Lines dispose ainsi d’un plateau de 2 500m2 pour exposer ses chefs-d'œuvre composés de quelques 30 000 objets : 300 maquettes de bateaux, à peu près autant d’ouvrages, 5,5 km d’archives (représentant 255 tonnes !), 80 000 images, 300 films, 600 affiches et 25 000 pièces d'art de la table. Les pièces les plus remarquables sont classées au Patrimoine National de France.