Alerte : La piscine du Cours de la République sera en fermeture technique du lundi 17 février au dimanche 1er mars.

Fermer
Entretien
Culture

Marie Nimier / Nadj : Lecture musicale Les inséparables

Création Festival littéraire Le Goût des Autres 2016
Marie Nimier / Nadj : Lecture musicale Les inséparables – Une création Le Goût des Autres

Marie Nimier, auteur du roman Les Inséparables et la guitariste Nadj présentent une lecture musicale de Les inséparables, samedi 23 à 21 h 30 à l’Idolize Mirrors dans le cadre de la 5e édition du Festival littéraire Le Goût des Autres.

  • lehavre.fr : Qu’est-ce qui vous a convaincu de participer au festival Le Goût des Autres ?

Marie Nimier : J’ai reçu une lettre de Maylis de Kerangal m’invitant à participer au Goût des Autres dont elle est, cette année, la conseillère littéraire. Elle m’a présenté le festival avec beaucoup d’enthousiasme. Comme c’est une amie dont j’admire le travail, je lui ai fait confiance et j’ai accepté son invitation. De plus, j’aime la rencontre avec le public autour de choses originales, de croisements entre artistes. Je trouve important de montrer que les romanciers sont vivants, tout comme leurs livres.

Nadj : Depuis quelques années, j’ai l’envie d'ouvrir le champ de mes explorations musicales, de co-créer avec d'autres formes d'expression. Après le format ciné-concert, des impros avec des danseurs, peintres, des bandes-son pour le théâtre, j'étais ravie que Marie (Nimier) me propose une lecture musicale car je n'en ai jamais fait.

  • lehavre.fr : Comment s’est passée votre rencontre ?

M.N. : Quand Rozenn Le Bris m’a parlé d’une lecture musicale des Inséparables, je me suis dit pourquoi pas ? Comme j’aime beaucoup la guitare électrique et le rock, j’ai voulu travailler avec une vraie guitariste de rock. Mon cousin m’a alors parlé de Nadj. Je l’ai découverte via Internet. J’ai tout de suite aimé sa force, sa présence physique. Elle entrait totalement en résonnance avec le personnage de Léa.

N. : Notre rencontre fut celle de deux femmes engagées dans leur création, entièrement, sans détour, vite au cœur du sujet de notre collaboration.

  • lehavre.fr : Comment s’est articulée votre collaboration ?

N. : Je me suis rendue chez Marie en Normandie pour notre résidence de création. Feu de cheminée, ambiance détendue, nous avons rapidement plongé dans le texte et comme nos rôles étaient clairs dès le départ, Marie l'auteur interprète de son découpage de texte et moi la musicienne, chacune à sa place, il a été simple de s'investir pleinement dans notre travail. J'ai découvert Marie en interprète talentueuse, ce qui n'est pas forcément évident pour un auteur. J'ai puisé dans le décor de son histoire pour les ambiances de guitare, pour le chant, avec Marie il nous a paru évident de ne pas tomber dans le théâtral qui n'est pas notre domaine, il fallait tenir le texte et la musique comme un concert vivant plutôt. Il s'est révélé une sorte de "jeu" interactif entre nous, comme deux musiciens qui dansent ensemble entre mots et notes.

M.N. : Il m’a d’abord fallu procéder au découpage du texte. C’est un autre travail, comme une réécriture. J’ai dû abandonner beaucoup de choses, parfois la mort dans l’âme, pour suivre une ligne et extraire une petite histoire de l’histoire. J’ai donc choisi de montrer les moments du roman où les deux filles sont les plus proches, où leurs corps se frôlent.

  • lehavre.fr : Quel rôle joue la musique dans Les Inséparables ?

N. : La musique permet un éclairage différent du texte, je dirais même qu'elle le rend organique, lui donne du corps, de la chair. Marie voulait clairement que j'amène un corps, mon corps qui joue et qui investit la guitare et les sons. En fait, cela me correspond vraiment car je suis très habitée sur scène, je m'investis totalement dans l'expression corporelle de ma musique, dans le chant aussi qui est pour moi un vecteur d'incarnation très puissant.

M.N. : La musique joue évidemment un rôle très important. Elle n’illustre pas le propos, elle est un personnage à part entière. Avec Nadj, on s’est très vite comprises. C’est une bosseuse, une chercheuse, tout comme moi. Les répétitions nous ont permis de peaufiner le découpage, de trouver les points d’appui entre le texte et la musique.

  • lehavre.fr : Quelle est votre définition de l’amitié puisque tel est le thème du festival ?

M.N. : C’est un plaisir partagé, une assurance, une bouée, un compagnonnage, une bonne nouvelle, une énergie, un miracle. C’est une altérité plus qu’une affinité. C’est la vie augmentée.

N. : L'amitié, c'est au-delà de la logique espace-temps, tout comme l'amour à mon sens. Il peut y avoir des amitiés denses et charnelles, d'autres plus éthérées, lointaines physiquement mais ancrées au cœur et à l'âme. Il y a des amitiés qui déçoivent soudainement et d'autres qui surprennent de leur opiniâtre résistance aux doutes, aux conflits, aux distances.