Alerte : En raison des travaux de voirie de la rue Georges Lafaurie, la circulation sera coupée dans les deux sens mardi 25 juin de 6 h à 22 h. Suivre les déviations mises en place. Bus du réseau LiA déviés par la rue Félix Faure.

Fermer
Commerce
Entreprises
Environnement

Pollution lumineuse : attention les yeux !

Pollution lumineuse : attention les yeux !

Bonne pour l’homme et la planète, la lutte contre la pollution lumineuse permet de respecter les biorythmes et de réaliser d’importantes économies d’énergie.

À vos interrupteurs ! La nuit et le jour sont faits pour se succéder, pas se ressembler. Les rythmes naturels de l’homme comme des animaux ou des plantes souffrent d’une trop grande pollution lumineuse nocturne. Les perturbations ne sont pas anodines, tant en termes de santé (trouble du sommeil) que de cycle naturel des espèces vivante : trop de luminosité impacte le rôle régulateur des chauves-souris sur les insectes (comme les moustiques), gène la chasse des rapaces ou contrarie le rôle pollinisateur des papillons de nuit.
Pour y remédier, un travail de régulation des sources lumineuses publiques est possible, comme en témoigne la récente rénovation de l’escalier des Noyers qui traverse la costière et relie la ville basse à la rue Félix Faure : des ampoules leds et des détecteurs de présence permettent de réduire l’éclairage au minimum. Par ailleurs, les voiries de la forêt de Montgeon ne sont plus éclairées la nuit depuis 2014. D’autres lampadaires sont munis de détecteurs de luminosité ou bien dotés d’horloges pour adapter l’éclairage à la saison.

La chasse aux lumières inutiles

Indispensable pour assurer une certaine sécurité, l’éclairage urbain peut néanmoins se priver de certaines sources. Ainsi, l’extinction nocturne de certains éclairages est-elle exigée par la loi, sauf dérogation : entre 1h et 6h du matin pour les publicités, pré enseignes et enseignes lumineuses ; généralement entre 1h et 7h pour les vitrines de magasin ; au plus tard à 1h pour les façades de locaux professionnels et 1h après la fin de l’occupation pour leur éclairage intérieur.
Le maire est chargé de contrôler le respect de ces dispositions et de mettre en demeure la personne ou entreprise en infraction dans un délai qu'il détermine. Le cas échéant, en cas de non respect de la réglementation et de la mise en demeure du prestataire, un arrêté préfectoral d’interdiction peut être pris et un tribunal décider d’une amende de 750 €.
Pour l’heure, la police municipale joue un rôle d’information et de prévention en sensibilisant les utilisateurs d’enseignes et autres acteurs concernés par la réglementation sur la pollution lumineuse.